Navigation – Plan du site
Etudes

Un témoin censuré du livre V de l’Arbor vitae crucifixae Ihesu d’Ubertin de Casale

Le ms Marseille, BMVR de l’Alcazar, 79
Silvia Pane et Damien Ruiz

Texte intégral

  • 1 Désormais M.
  • 2 Voir J.H. Albanes, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Municipale de Marseille, Paris, 1892 (...)
  • 3 Nous voulons exprimer ici notre gratitude, dans l’ordre chronologique, à Maria Gurrado et Dominique (...)

1Il y a un peu plus d’un an, la consultation du manuscrit 79 du fonds rare et précieux de la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale de l’Alcazar de Marseille1 révélait à l’examen une « heureuse » surprise. M, en effet, ne date pas du xve siècle – comme l’indique le catalogue des manuscrits de l’abbé Albanès2 –, mais bel et bien du xive siècle. Pour confirmer cette toute première impression, nous avons fait appel à différents paléographes et codicologues italiens et français qui ont tous généreusement accepté de nous prêter leur concours3. Ainsi confortés dans notre démarche, nous avons poursuivi l’examen du manuscrit en établissant une série de constations matérielles qui contribuent, nous le croyons, à rendre à ce témoin « marseillais » du livre V sa vraie place dans l’histoire de la composition et de la réception de l’Arbor vitae crucifixae Ihesu.

Manuscrits marseillais de l’Arbor Vitae

  • 4 En excluant les témoins contenant des excerpta et le codex 328 du Sacro Convento d’Assise, dans leq (...)
  • 5 M, à la suite du ms. 78, contiendrait « d’autres fragments d’Ubertin », voir Albanes, Catalogue des (...)
  • 6 Le ms. 78 présente deux notes de possession aux f. 4r et f. 344v de la même main qui atteste que M (...)
  • 7 Voir infra § 6.
  • 8 La datation du manuscrit, due à l’analyse paléographique des collègues que nous avons consultés, no (...)
  • 9 C. Le Couteulx, Annales Ordinis Cartusiensis, t. V, Montreuil, 1889, p. 545-558, cité par A. Vernet(...)
  • 10 Voir Le Couteulx, Annales Ordinis, p. 545-558 ; sur l’inventaire des biens daté du 1er juin 1356, d (...)
  • 11 Voir P. Amargier, R. Bertrand, A. Girard, D. Le Blevec, Chartreuses de Provence, Aix-en-Provence, 1 (...)
  • 12 Voir A. Maier, « Ein Handschriftenkatalog der Kartause Vallis Benedictionis bei Avignon », dans Ead(...)
  • 13 Voir Chartreuses de Provence, p. 58 et La Chartreuse de Marseille: une vision retrouvée. Histoire, (...)
  • 14 À notre connaissance, il n’existe pas d’inventaire édité de la bibliothèque de la Chartreuse de Mar (...)
  • 15 Voir La Chartreuse de Marseille, p. 20-21.

2Le manuscrit présente d’emblée une première particularité : il s’agit de l’unique cas dans la tradition manuscrite de l’Arbor Vitae où le cinquième livre circule séparément de l’un ou de l’ensemble des autres livres4. En effet, la conviction selon laquelle M et le ms. Marseille, BMVR de L’Alacazar, 78 – contenant le livre IV – auraient constitué les membra disiecta d’un seul et même codex unitaire – conviction probablement due à la description du catalogue de 18925 – doit être absolument rejetée à la lumière de l’examen matériel : M et le ms. 78 n’ont en commun que leurs lieux successifs de conservation6. Ils divergent en revanche par le format, l’aspect général, la décoration, la datation et la production. Des preuves matérielles internes au manuscrit7 attestent qu’il appartenait aux moines du Val de Bénédiction (Villeneuve-lès-Avignon)8, chartreuse fondée par le pape Innocent VI par une bulle en date du 31 mai 13569. Notre manuscrit ne fait pas partie du noyau primitif de livres donné par Innocent VI, lesquels ont été inventoriés parmi les biens affectés au prieur de la nouvelle fondation10. Nous savons toutefois que le fond primitif est rapidement enrichi par des largesses et des legs testamentaires des membres de l’entourage papal11. M doit parvenir à la Chartreuse justement entre 1356 et la fin du XIVe, voire le début du XVe siècle, pour autant que l’on puisse dater avec le plus d’exactitude possible les mentions de possession. Malheureusement, les travaux épars consacrés à ce fonds ne nous permettent pas d’en avoir une vue d’ensemble. On sait toutefois que M était encore en possession de la Chartreuse du Val de Bénédiction à la fin des années 1620 : il figure – avec le ms. 78 – dans un inventaire de la bibliothèque éditée par Annliese Maier12. Cet inventaire avait peut-être pour but de préparer le transfert d’un certain nombre de livres manuscrits et imprimés vers la nouvelle fondation de Marseille. Une partie de la bibliothèque du Val de Bénédiction passe, en effet, à la chartreuse de Marseille, fondée en 1633, par les pères de Villeneuve-lès-Avignon13. Dans cette dotation initiale de livres figurent notre manuscrit et le ms. 78, témoin du livre IV14. M est ensuite acquis par la Municipalité de Marseille lors de la vente des Biens Nationaux après la dissolution de la Chartreuse de Marseille durant la Révolution Française15.

  • 16 Ce qui, en revanche, est sans doute le cas du ms. 78. Sur la diffusion des manuscrits de l’Arbor Vi (...)
  • 17 Il ne sera pas question dans les pages qui suivent de l’épineux problème des « rédactions » de l’Ar (...)

3Nous avons choisi de rappeler cette histoire dès le début de ce signalement car elle est à l’origine de la sous-évalutation de M. Notre manuscrit a sans doute été négligé en raison de cette prétendue origine cartusienne et d’une datation fautive qui en faisait l’une des nombreuses copies de l’Arbor Vitae liées à la Devotio Moderna16. La description qui suit est un premier pas vers la réévaluation de M17.

Description de M

  • 18 Il n’existe qu’une seule description succincte de M, voir Albanes, Catalogue des manuscrits cit., p (...)

4M18 est un manuscrit « integro ma non omogeneo » pour reprendre les mots de Gabriella Pomaro, à savoir que ce témoin du cinquième livre de l’Arbor Vitae d’Ubertin de Casale a connu une opération de « restauration » quelques décennies après sa rédaction. Cette « restauration » a consisté en fait en une restitution d’une partie du texte, laquelle avait été volontairement soustraite de M. Nous insistons sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un « montage » de deux unités codicologiques ayant eu chacune une « existence » propre avant d’être réunies, mais bien d’une opération conçue à dessein pour restituer une partie manquante du texte. La description qui suit entend rendre compte des différentes interventions que M a connues durant les premières décennies de son histoire.

1. Caractéristiques générales de M

Matière et dimensions

5Le parchemin utilisé est de qualité inégale. Dimension : 170x115mm (f. 30r). La piqûre est visible sur un grand nombre de feuillets. Certains ont toutefois été rognés en marge de gouttière (voir, par exemple, le f. 7r). La marge inférieure a été également rognée comme le montre la note marginale du f. 17r dont la dernière ligne en lisière est très peu lisible.

6

Foliotation

  • 19 Il n’y a donc pas de ff. 64, 65, 66, 67, 68, 69 et 94 dans M.

7Aucune numérotation ancienne continue des feuillets n’est visible. Les feuillets ont été numérotés de 1 à 128 à l’encre noire le 10 juin 1884. Ce décompte comprend les 2 feuillets de garde en papier (1 et 128). La numérotation des feuillets est lacunaire : certains ont été omis puis numérotés par la suite au crayon gris (ff. 34bis, 42bis, 44bis, 44ter, 62bis, 78bis, 89bis, 89ter, 90bis, 92bis, 105bis). Elle est aussi erronée : on passe ainsi f. 63 au f. 70 et du f. 93 au f. 95 sans lacune textuelle19. En tout M contient 130 feuillets de parchemin.

2. Composition de M

8Fascicule 112, ff. 2-13 ; Justification : mine de plomb, 128x85 mm ; 33-35 l./p. ; piqûre visible ; la règle de Gregory est observée ; réclame originale dans un cartouche : « te submersis ».

9212, ff. 14-25 ; Justification : mine de plomb, 128x85 mm ; 32-34 l./p ; piqûre visible ; la règle de Gregory est observée ; réclame originale dans un cartouche : « pauperibus ».

10312, ff. 26-36 (34bis) ; Justification : mine de plomb, 128x85 mm ; 29-30 l./p. ; piqûre visible ; la règle de Gregory est observée ; réclame originale dans un cartouche : « in accionibus ». 

11412, ff. 37-45 (42bis, 44bis, 44ter) ; Justification : mine de plomb, 128x85 mm ; 31 l./p. ; piqûre visible. règle de Gregory est observée ; réclame originale dans un cartouche : « sancto fratre ».

12512, ff. 46-57 ; justification : mine de plomb, 128x85 mm ; 32 l./p. ; piqûre visible. ; les ff. 46 à 51 sont numérotés de 1 à 6 en marge inférieure à droite ; la règle de Gregory est observée ; réclame originale dans un cartouche : « soria devenire ».  

13613, ff. 58-75 (62bis ; saut du 63 au 70) ; 5 talons ressortent entre les ff. 57 et 58 ; 4 talons ressortent entre les ff. 70 et 71 ; justification : a) ff. 58r-70v : mine de plomb, 128x85 mm ; 32 l./p. ; b) ff. 71r-75v : mine de plomb, 135x85 mm ; 33 l./p. ; les ff. 71 à 75 sont signés a, b, c, d, e en marge inférieure à droite ; piqûre visible ; la règle de Gregory est observée ; réclame non originale grattée f. 70v : « Ihesus decor ».

14714, ff. 76-88 (78bis) ; 2 talons ressortent entre les ff. 75 et 76 ; justification : a) ff. 76-83r : mine de plomb, 130x80 mm ; de 29 à 25 l./p. ; piqûre visible sur le f. 76 ; le f. 76 est signé f en marge inférieure à droite ; b) ff. 83v-88v : mine de plomb, 130x80-85 mm ; 37 l./p. ; réclame f. 86v : « carnis » ; aucune piqûre visible ; f. 88v : les 33 premières lignes sont écrites ; la règle de Gregory est observée.

15810, ff. 89-95 (89bis, 89ter, 90bis, 92bis ; saut de 93 à 95) ; 2 talons de feuillets en parchemin ressortent entre les ff. 88 et 89 ; justification : mine de plomb, 128x83-85 mm ; 27-30 l./p. ; piqûre visible. ; f. 89r : les 16 premières lignes ont été grattées ; la règle de Gregory est observée ; réclame originale dans un cartouche : « et predominio ».

16912, ff. 96-106 (105bis) ; justification : mine de plomb, 128x80 mm ; 28 l./p. ; piqûre visible ; la règle de Gregory est observée ; réclame originale dans un cartouche : « ligatio vel ».  

17109, ff. 107-117 ; Justification : mine de plomb, 128x80 mm ; 28 l./p. ; piqûre visible ; f. 115v : les 5 dernières lignes ne sont pas écrites ; 1 feuillet a été taillé à ras entre les ff. 115 et 116 ; le f. 116r n’a pas été réglé et laissé blanc ; la règle de Gregory n’est pas observée entre les ff. 115 et 116 ; le f. 115v « poil » fait face au f. 116r « chair » ; réclame originale dans un cartouche : « eterne benedictioni ».

181110, ff. 118-127 ; Justification : mine de plomb, 128x80 mm ; 28 l./p. ; piqûre visible ; f. 123v : 8 premières lignes écrites, réglure complète ; 1 feuillet a été taillé à ras entre les ff. 123 et 124 ; le f. 124r n’a pas été réglé et laissé blanc ; 1 f. a été perdu à la fin du fascicule ; la règle de Grégory n’est pas observée entre les ff. 123 et 124. Le f. 123v « chair » fait face au f. 124r « poil ».

Schémas explicatifs

19

20Le fascicule original qui était un sénion a été amputé, de ces 4 derniers feuillets (cf. les 4 talons ressortant entre les ff. 70 et 71) et 5 feuillets « volants » ont été reliés à ce fascicule mutilé (cf. les 5 talons ressortant entre les ff. 57 et 58). Ces 5 feuillets ont été signés a, b, c, d et e afin de pouvoir être reliés dans le bon ordre. La réclame non originale « Ihesus decor » a servi à indiquer où relier les 5 feuillets « volants ». Elle a été grattée par la suite.

21

22Le premier feuillet du fascicule 7 a été signé f afin de s’assurer qu’il soit bien relié à la suite des 5 feuillets « volants » précédents. La réclame « carnis » (f. 86v) permet également de s’assurer que les deux feuillets « volants » 87 et 88 soient reliés dans le bon ordre.

23

24Le fascicule 8 était à l’origine un sénion. Il a été amputé de ses deux premiers feuillets.

25Le fascicule 10 était à l’origine un sénion. Un feuillet a été taillé entre les ff. 115 et 116. Le talon est à peine visible. Le non-respect de la règle de Gregory confirme cette constatation matérielle. Il n’y a pas de lacune textuelle, c’est donc un feuillet laissé blanc qui a été découpé.

26

27Le fascicule 11 était à l’origine un sénion. Un feuillet a été taillé entre les ff. 123 et 124. La constatation est la même que pour le fascicule précédent. Le non-respect de la règle de Grégory confirme bien la perte du feuillet. Il n’y a pas de lacune textuelle, c’est donc un feuillet blanc qui a été taillé. Le dernier feuillet du fascicule a été perdu. L’état d’usure du f. 127 étaie cette hypothèse.

3. Mains

Mains de copistes

28Main A : ff. 2r-70v, 89r-127v, écriture livresque manifestant la région de l’Italie centrale comme aire de formation graphique. Son module est petit et plutôt carré. Ses caractéristiques permettent de la faire remonter au premier quart du xive siècle.

  • 20 Cette main écrit peut-être la doxologie conclusive f. 88v « Maria ora etc. ».

29Main B : f. 71r-v, main livresque de formation française méridionale. Son module est petit et plutôt carré. Elle est plus anguleuse que la main A. On peut la dater de la seconde moitié du xive siècle20.

30Main C : ff. 72r-82r, il s’agit d’une écriture toujours de formation française méridionale, mais plus cursive, de type notariale (développement des hastes montantes et descendantes, bouclage des jambages finaux). Elle date également de la seconde moitié du xive siècle

31

32Main D : ff. 82r-83r, assez similaire à la main précédente, elle s’en distingue toutefois par un module plus grand et un bouclage plus accusé. Elle date également de la seconde moitié du xive siècle.

33

34Main E : ff. 83v-88v, cette dernière main diffère des quatre précédentes par sa dynamique et sa formation. Il s’agit d’une main à la « vulgarité » plus accusée et de formation française septentrionale. Elle corrige la main A au f. 124v et date de la seconde moitié du xive siècle.

35

La main E corrige la main A, f. 124v

36Tableau synoptique des copistes :

Fascicules :

Main :

1 (ff. 2-13)

main A

2 (ff. 14-25)

main A

3 (ff. 26-36)

main A

4 (ff. 37-45)

main A

5 (ff. 46-57)

main A

6 (ff. 58-75)

-ff. 58r-70v

-f. 71r-v

-ff.72r-75v

main A

main B

main C

7 (ff. 76-88)

-ff. 76r-82r

-ff. 82r-83r

-ff. 83v-88v

main C

main D

main E

8 (ff. 89-95)

main A

9 (ff. 96-106)

main A

10 (ff. 107-117)

main A

11 (ff. 118-127)

main A

Mains des rubricateurs, correcteurs et annotateurs

  • 21 La même main indique « Ubertini liber quartus » en frontispice du ms. Marseille, BMVR, 78, qui date (...)

37Une première main apparaît à l’encre brune en haut du f. 2r. Elle est datable de la seconde moitié du xve siècle21. Elle indique « Ubertini liber quintus ».

38

39Une main, de France méridionale, intervient pour mentionner la possession de la Chartreuse de Villeneuve (ff. 3r, 14r) à la fin du xive ou au début du xve siècle. La configuration de la mention de possession du f. 14r montre que lorsque M est parvenu à la Chartreuse de Villeneuve, il n’était pas – ou plus – relié.

40

41

42Un rubricateur intervient dès le f. 2r, puis ponctuellement ff. 13v, 14r, 25v, 26r, 36v. Sa main est proche d’une écriture notariale que l’on rencontre en Languedoc dès le début des années 1280.

43

44Un autre rubricateur intervient ff. 15v, 17r : sa main est assez proche graphiquement et chronologiquement de la main A.

45Une main intervient à de nombreuses reprises pour corriger et compléter le texte de l’unité A (ff. 17r, 18v, 19r-v, 21r, 35r, 36r, 53v, 96r-v, 102v, 118v etc.). Cette main peut être identifiée avec une main languedocienne ou provençale des premières décennies du xive siècle.

4. Décoration

  • 22 f. 34bisr, l’initiale du chapitre n’a pas été tracée (lettre J indiquée « en attente » en marge de (...)
  • 23 Entre les fascicules 1 et 2 : « Ihesus quintus (f. 13v) // liber prolem multiplicans (f. 14r) » ; e (...)
  • 24 Voir supra les remarques sur les mains des rubricateurs.

46La décoration de M est particulièrement sobre. Des initiales tracées à l’encre rouge (ff. 2r, 17r, 50r, 91r, 99r, 110v, 127v) ou bleue (ff. 15v, 51v, 89r, 96r, 116v, 120r, 124v) marquent le début de la plupart des chapitres du livre V22 ; d’autres initiales rouges (ff. 53v, 54r-v, 55r) et bleus (ff. 53v, 54r-v, 55r) divisent le texte de l’Epistola ad capitulum generale incluse dans le chapitre 7 Ihesus despectus iterum. Le chapitre 5, Ihesus normam constituens, a été particulièrement mis en évidence par une initiale partie rouge filigranée de bleu (f. 44ter). Rubriques pour les titres des chapitres 1 (f. 2r), 2 (f. 15v) et 3 (f. 17r). On trouve également un titre courant lors du changement de fascicule, entre les fascicules 1 et 2 (ff. 13v-14r), 2 et 3 (ff. 25v-26r), 3 et 4 (f. 36v)23. Des pieds-de-mouche rouge ou bleus scandent l’ensemble du texte. Enfin toutes les majuscules sont rehaussées d’un trait à l’encre rouge. La décoration n’est pas homogène et a été réalisée à des périodes différentes24. On ne peut donc pas accorder beaucoup d’importance à sa hiérarchisation. Les ff. 71r-88v ne sont pas décorés.

47

Initiale simple, f. 2r

Initiale filigranée au début du cinquième chapitre, Ihesus normam constituans, f. 44ter

Pied-de-mouche à l’encre rouge, f. 34bisv

48Des indications dites « en attente » ont été tracées en marge pour faciliter le travail du décorateur. On remarque également la présence de trois points en marge pour signaler la présence d’une initiale à tracer.

49

Fol. 127v, indication « en attente » et trois points

5. Reliure

  • 25 Albanes, Catalogue, p. 29.
  • 26 Titre donné en rapport avec le ms. 78, dont la reliure est décrite et qui contient le quatrième liv (...)
  • 27 Albanes, Catalogue, p. 29 donne également la cote R. 1089, laquelle ne figure pas sur le manuscrit.

50La reliure de M n’est pas d’origine. Le ms. a connu de nombreuses interventions depuis sa composition originale jusqu’à son arrivée dans le fonds précieux de la Bibliothèque Municipale de Marseille. La notice qui lui est consacré dans le quinzième tome du Catalogue général des manuscrits des Bibliothèques publiques de France publié en 1892 le déclare « non relié »25, ce qui semble cohérent avec le titre qui lui est donné de « Autres fragments d’Ubertin »26. Toutefois, une mention à la plume à l’encre noire f. 1r, à savoir « Ce volume contient 128 feuillets / 10 juin 1884 » contredit la notice du catalogue. On en déduit que l’abbé Albanès a rédigé cette notice avant 1884 et qu’il ne l’a pas modifiée avant de l’insérer dans la publication de 1892. La reliure actuelle a été réalisée avant la foliotation du volume en 1884. Elle se compose de deux aies de carton recouvert de parchemin blanc. Le dos n’est pas nervuré. En haut du dos, une mention manuscrite à l’encre noire indique « Fragments / d’Ubertin ». Juste en dessous une étiquette de papier reporte un numéro d’enregistrement au tampon « 048586 » et, au-dessous, la cote actuelle du manuscrit à l’encre noire, à savoir « Ms 79 ». L’étiquette de papier chevauche une étiquette de cuir rouge décorée à l’or, mais laissée vierge de tout titre. Au bas du dos, une étique de papier reporte à l’encre noire et au pochoir une ancienne cote « Eb / 387 ». Ces différentes mentions correspondent à celles reportées sur le f. 1r27.

  • 28 La Chartreuse de Marseille, p. 20-21.

51M n’était sans doute plus relié lors de son arrivée dans le fonds de la Bibliothèque Municipale de Marseille, ce qui explique sans doute les lacunes matérielles relevées plus haut, à savoir la perte de la fin du dix-septième chapitre et du dix-huitième chapitre. Le manuscrit constituait un volume dans l’inventaire de la Bibliothèque du Val de Bénédiction de la fin des années 1620 publié par Anneliese Maier (voir supra). On sait par ailleurs que le prieur de Marseille, Dom Antoine Coster, avait apporté le plus grand soin à sa bibliothèque constituée par une dotation de Villeneuve-lès-Avignon28.

6. Mentions de possession

52M présente une seule mention d’un possesseur antérieur. Par deux fois, une main datable de la fin du xive ou du début du xve siècle fait de M la propriété de la Chartreuse du Val de Bénédiction (Villeneuve-lès-Avignon), au bas du f. 3r : « Vallis Benedictionis » et le long de la reliure du f. 14r perpendiculaire au texte : « Iste liber est domus Vallis Benedictionis ordinis Cartusiensis prope Avenionem ». On trouve enfin le tampon de la Bibliothèque Municipale de Marseille sous deux formes ; une première avec les armes de la cité (ff. 2r, 127v), et une autre en long perpendiculaire au texte (f. 35r).

7. Contenu

  • 29 Le texte présente deux petites lacunes « conscientes », voir les notes 33 et 35. Nous précisons, en (...)

53M est le témoin d’un texte presque complet29. Toutefois, en raisons des motifs matériels évoqués plus haut, il manque la partie finale du dix-septième chapitre et le dix-huitième chapitre, Ihesus finis optatus.

54Chapitre 1 : ff. 2r-15v, Ihesus prolem multiplicans. Inc. : Percursis aliqualiter actibus vite dilecti Ihesus et sue devotissime matris, ipsisque assumptis in gloriam maiestatis … Expl. : … vilificatus est multipliciter, sicut infra dicetur. Unde et prima vilificatio minor secunda sequenti capitulo continetur.

55Chapitre 2 : ff. 15v-17r, Ihesus vilificatus. Inc. : Sicut ex predictis patet quintus status Ecclesie fuit zelative correctionis et pie condescensionis, multiplicatis temporalibus … Expl. : … vicario suo monstravit. Sed ut de hoc transeamus evidentia facti necessitatem horum ordinum intonat manifeste.

56Chapitre 3 : ff. 17r-34bisr, Ihesus Francisum [sic] generans. Inc. : Habundantibus in fine quinti status iumentis lascivie, reptilibus avaritie, bestiis superbie, et hiis omnibus tota deturpata conversatione … Expl. : … veniat ad nos Ihesus cum patre nostro Francisco et has transgressionis undas faciat nos calcare.

57Chapitre 4 : ff. 34bisr-44bisv, Ihesus seraphi alatus. Inc. : Postquam vir sanctus et Deo carus Franciscus vitam redemptoris Ihesus oblivioni a mundo traditam in sua conversatione … Expl. : … apparebit Deus esse secum in loco isto et in hiis que hic facta sunt erit domus Dei et porta celi.

58Chapitre 5 : ff. 44terr-50r, Ihesus normam constituens. Inc. : Evangelicam vitam perfectio totius nature create Ihesus in se et in sua dulcissima matre tamquam in montibus sanctis … Expl. : … per eius spiritum confecta Regula, brevi compendio includitur et plenarie replicatur.

59Chapitre 6 : ff. 50r-51v, Ihesus tunc renovatus. Inc. : Ihesus consignator seraphici viri Francisci et sacratissime Regule institutor non solum sue passionis renovavit memoriam … Expl. : … que in ortu gratie contabescit insidias paraverunt sicut sequens capitulum demonstrabit.

60Chapitre 7 : ff. 51v-71r, Ihesus despectus iterum. Inc. : Christus Ihesus Patris eterna sapientia spiritum vite sue in Ecclesia renovatum in almo suo confessore Francisco … Expl. : … In cuius faculencia, ut ex premissis patet, est spiritus Ihesus illusus multipliciter et despectus.

  • 30 Une main, différente de la main B, écrit le titre (on a préféré ici la variante « falsificatus », p (...)
  • 31 Cette clausule a été ajoutée par une main différente, contemporaine de l’opération collective de re (...)

61Chapitre 8 : ff. 71r-88v, Ihesus falcificatus [sic]. Inc. : Sicut autem pius et paciens30 Ihesus post illusionem et despectum fuit crucifixus et mortuus … Expl. : … in quo falsificatus est Ihesus falso Christo et vero antichristo Ecclesiam destruente. Maria ora etc.31

  • 32 M présente « decor », leçon alternative à « doctor » qui figure dans l’incunable et dans la majeure (...)

62Chapitre 9 : ff. 89r-91r, Ihesus decor32 humilium. Inc. : Post tempestatem piissimus Ihesus humilibus suis serenus apparet, et quos in turbinibus sementis bestie conservavit in sua veritate … Expl. : … Vides ergo quomodo qui nunc videntur in huius temporis calamitate sepulti debent celeriter a Ihesu decore humilium exaltari.

63Chapitre 10 : ff. 91r-96r, Ihesus resusitatus [sic]. Inc. : Triumphator mortis Ihesus cuius proprium est super occasum ascendere et in se et in membris suis de mortis triumphare conflictu … Expl. : … scilicet horribiliter cecidit per antichristum misticum et cadet penaliter per apertum.

64Chapitre 11 : ff. 96r-99r, Ihesus decore fulgidus. Inc. : Lux vera Ihesus oculis electorum in tenebroso aere Babillonis a vera intelligentia obscuratis insplendens … Expl. : … pro utroque autem sensu cantatur a sanctis ut dictum est supra iubilossissimum [sic] Alleluia.

65Chapitre 12 : ff. 99r-110r, Ihesus pauper firmatus. Inc. : Adiutor pauperum Ihesus nunc dicitur princeps altissime paupertatis, quia totus pondus utriusque bestie predicte … Expl. : … Ut securi possimus tremendum tuum iudicium in tranquilla pace conscientie et contemplationis celice expectare.

  • 33 L’explicit de ce chapitre et celui du chapitre 15 (voir note 35) sont alternatifs, mieux ils témoig (...)

66Chapitre 13 : ff. 110v-115v, Ihesus testis veridicus. Inc. : Piisimus [sic] Ihesus qui in sue conversationis exemplo omnibus se viam misericorditer fecit et in eterno premio … Expl. : … Infernus autem propter malos qui ibi puniuntur33.

  • 34 Citation du verset 7 du Credo ou Symbole des Apôtres.

67Chapitre 14 : ff. 116v-120r, Ihesus iudex iratus. Inc. : Licet ira que est turbatio animi nec in divinitate Ihesus nec in sua gloriosa humanitate possit consistere … Expl. : … Unde in Symbolo dicitur : « Inde venturus est iudicare vivos et mortuos »34.

  • 35 Ici également, comme dans le cas du chapitre 13 (voir note 33), manque la fin du chapitre 15. Le co (...)

68Chapitre 15 : ff. 120r-123v, Ihesus victor magnificus. Inc  : Statim autem ab ore iudicis Ihesus super impios prolata sententia eius magnifica ostendetur victoria … Expl. : … in qua et bestia et pseudophilosophia et ceteri reprobi in suplicium demergentur eternum35.

69Chapitre 16 : ff. 124v-127r, Ihesus sponsus ornatus. Inc. : O anima mea leva caput tuum in spiritu et intuere dilectissimum Ihesum in se ornatissimum … Expl. : … De his autem supra in alio capitulo dicta sunt plura huic iocundo sponsalitio adaptanda.

70Chapitre 17 : ff. 127v, Ihesus rex regum Dominus. Inc. : Sicut gratiosissimus Ihesus se toti civitati electorum exhibebit ut sponsum, sic se exhibebit ut regem spetiossissimum [sic] … ; Expl. : … quia pro se et pro omnibus membris suis apparebit subli- […].

8. Histoire de M

Un volume homogène à l’origine et victime d’une entreprise de destruction partielle.

71L’examen attentif de M met en évidence les traces matérielles d’une intervention visant à l’élimination systématique d’une partie de son contenu. À l’origine, en effet, M contenait bien le huitième chapitre du livre V de l’Arbor Vitae, substitué dans son état actuel par les 5 feuillets ajoutés au fascicule 6 et par le fascicule 7. Des indices précis suggèrent que le manuscrit a été soumis à une censure dont le but était l’éradication du chapitre Ihesus falsificatus. Quatre opérations, qui ne peuvent être le fruit du hasard, ont été nécessaires pour le faire disparaître du volume :

72- Le fascicule 6 (ff. 58-70) a été amputé de ses quatre derniers feuillets car y figurait le début du chapitre 8 (voir supra schéma 1). La perte des dernières lignes du septième chapitre est un dommage collatéral de cette première intervention.

73- Un fascicule contenant la majeure partie du chapitre 8 – vraisemblablement un sénion – a été purement et simplement détruit, ce qui explique l’insertion des 5 feuillets « volants » et du fascicule 7, durant la seconde moitié du xive siècle, pour la restituer (voir supra schémas 1, 2 et 3).

74- Le fascicule 8 (ff. 89-95) a été amputé de ses deux premiers feuillets car la copie du chapitre 8 s’y poursuivait (voir supra schéma 3).

75- La fin du chapitre 8 qui occupait la première moitié du f. 89r a été grattée et cancellée. La lampe de Wood permet d’identifier avec certitude la main A et les dernières lignes de Ihesus falsificatus.

76Une preuve subsidiaire de cette entreprise de censure figure sous la forme d’une intervention dans le texte du septième chapitre Ihesus despectus iterum. On remarque au f. 63r le grattage d’une partie d’une phrase dans laquelle Ubertin de Casale renvoie clairement au chapitre suivant. La lampe de Wood permet de lire « sicut in alio capitulo exponam tibi ». Le contexte de la phrase et l’emploi du futur (« exponam ») ne laissent aucun doute : une référence au chapitre Ihesus falsificatus a été rendu sciemment illisible.

77Enfin, une main a cancellé plusieurs passages de l’œuvre. Au f. 31v, dans le chapitre Ihesus Franciscum generans (V, 3), 7 lignes sont censurées. Le contenu visé par l’intervention concerne les déclarations pontificales de la Règle des frères mineurs :

78Va Licet enim servare Regulam, secundum declarationes multas et dilatationes quas procuraverunt a multis romanis pontificibus, sit servare sufficienter quantum pertinet ad necessitatem salutis, non tamen illis modis servatur illa summa perfectio quam beatus Franciscus asseruit se accepisse a Christo et quam ipse servavit in se et volebat a fratribus observari, sed est quidam alius modus qui utique potest dici evangelica perfectio, sicut et illi summi pontifices asserunt in suis scriptis, sed quid hiis immoramur tribus quia Cat.

79Au f. 49v, ce sont deux passages qui sont censurés de la même manière. Situés dans le chapitre Ihesus normam constituens (V, 5), ils regardent les commentaires et l’observance de la Règle :

80Et Va licet in eorum observantiam sit salus illis qui Regulam, secundum illas declarationes promittunt ac per hoc sit obervantia regule illo modo Cat tamen cecus est qui non videt … » ; puis de « Va Nec hic aliud dico quod in eius observantia non servetur ad salutem regula, nec ipse unquam dicit, nec dicere potuit quod sua declaratio imponeret fratribus servare regulam, secundum illam perfectionem quam beatus Franciscus in suo posuit Testamento, sed potius ab illa perfectione et observantia testi paterni, sicut et predecessores fecerant fratres absolvit Cat.

Une entreprise assez maladroite de restitution.

81Les ff. 71-88 ont été ajoutés, ou mieux insérés dans M, pour pallier l’absence du chapitre 8 Ihesus falsificatus, mais elle est loin d’être homogène. Quatre mains sont identifiables : B (f. 71r-v), C (ff. 72r-), D (ff. -83r) et E (ff. 83v-88v). Les quatre copistes ont vraisemblablement travaillés de concert. Toutefois, une partie du texte copié par les mains D et E se répète.

82La main E apparaît en haut du verso du f. 83 au début d’une période sans qu’il n’y ait le moindre lien logique avec le texte copié au recto : [f. 83r, main D] (…) et carceribus duris et dieis martiriis cruciatus cum devotis [f. 83v, main E] quod hec vident aliqua Dei indicia …

:

Fol. 83r, dernière ligne

83

Fol. 83v, première ligne

84Et pour cause … le texte que transcrit la main E, la main D l’a déjà copié au f. 82r.

85

Fol. 82r, 11e ligne

86Après comparaison, il apparaît que le texte copié par la main D entre la 11e ligne du f. 82r et la fin du f. 83r est répété par la main E entre le début du f. 83v et la 15e ligne du f. 84r.

Fol. 84r, 15e ligne

87La main D achève la copie du chapitre 8, ff. 84r-88v.

88L’analyse paléographique montre que cette opération date de la seconde moitié du xive siècle.

L’hypothèse d’un manuscrit franciscain

  • 36 Compilatio assisiensis dagli Scritti di fra Leone e Compagni sur S. Francesco d’Assisi, a cura di M (...)
  • 37 Dans ce passage, François rappelle aux frères que l’office de la prédication ne doit pas se substit (...)
  • 38 Un frère s’émerveille que François supporte et ne corrige pas les dérives et les abus des frères (1 (...)

89Aucune mention explicite n’établit la provenance franciscaine de M. Toutefois, un faisceau d’indices plaide fortement en ce sens. L’étude des marges du volume s’est révélée particulièrement instructive. Certains passages du texte ont été mis en évidence par le copiste lui-même au moyen d’une série de traits et de spirales. C’est le cas à l’occasion du chapitre Ihesus Franciscum generans (V, 3) à un moment où Ubertin de Casale évoque frère Léon et cite la Compilatio assisiensis (ff. 27r-28v) : « Postea dicit quod frater Leo fratres omnes tam ministros quam predicatores […] secundum voluntatem suam. Hucusque verba sancti fratis Leonis »36. Ce long extrait traite de thèmes particulièrement sensibles dans l’Ordre comme l’étude des lettres37 ou les dérives et abus des frères en matière de pauvreté évangélique38. Le copiste distingue même au moyen d’un « nota » un endroit particulier du texte, f. 28r :

  • 39 Compilatio assisiensis, 106, 20.

« Quoniam confido in Domino quod adhuc inimici invisibiles, qui sunt gastaldi Dei ad puniendum in hoc seculo et in futuro eos, qui transgrediuntur mandata Dei, sument de illis vindictam facientes ipsos corrigi ab hominibus huius seculi in improperium et verecundiam ipsorum, et revertentur ad professionem et vocationem suam »39.

90Ces paroles de François, décriant les frères qui se sont éloignés des commandements du Seigneur, ont une résonnance forte dans le contexte de la copie de M dans le premier quart du xive siècle.

  • 40 Voir D. Vorreux, Un symbole franciscain : le Tau, Paris, 1996 (Présence de saint François, 30), p. (...)
  • 41 Compilatio assisiensis 17, 10-16, p. 52.

91Dans le chapitre Ihesus normam constituens (V, 5), on remarque en marge du f. 46v, un tau40 tracé le long du texte afin de mettre en évidence une autre citation de la Compilatio assisiensis. Il s’agit d’un passage relatif à la rédaction de la Règle, autre sujet prisé par les Spirituels, en particulier Angelo Clareno. Il s’agit du célèbre passage où François reçoit la Règle du Christ lui-même à Fonte Colombo41. On retrouve le même signe en marge du f. 47r, en face d’un passage du Libellus de finibus paupertatis d’Hugues de Digne sur la nécessaire adéquation entre intériorité et extériorité en matière de pauvreté. Enfin, on retrouve une dernière fois le signe tau au f. 48v à l’occasion d’une citation de la Compilatio assisiensis à nouveau à propos de l’étude des lettres et du travail manuel.

92On en conclut que le copiste de M était franciscain. Certains signes de lecture plaident également en faveur d’une conservation franciscaine du volume : une manicule distingue également une citation du Testamentum au f. 20r, et une autre sur la résurrection de François au f. 44v.

93

Exemple de mise en évidence au moyen d’une alternance trait et spirale du texte par la main A, f. 27r

94

Fol. 28r, « nota » de la main A à propos de l’éloignement des frères des commandements du Seigneur

Fol. 46v, exemple de « tau » en marge

Conclusion

  • 42 Nous rappelons que l’unique autre témoin daté de la première moitié du xive siècle, le manuscrit Ca (...)

95L’analyse matérielle fait de M un témoin capital du cinquième livre de l’Arbor Vitae d’Ubertin de Casale. Il occupe désormais une place de choix dans la tradition manuscrite de cette partie de l’œuvre qui comprend seulement une vingtaine de témoins sur une soixantaine au total. Il s’agit non seulement du témoin le plus ancien du livre en question – datable du premier quart du xive siècle42, se situant par conséquent à seulement dix ou vingt ans de distance, au plus, de la date composition dell’Arbor Vitae et du vivant d’Ubertin († après 1328) –, mais surtout parce qu’il fut produit vraisemblablement dans un milieu franciscain, pour ne pas dire « spirituel ».

96L’amputation sans doute délibérée du huitième chapitre Ihesus falsificatus est la preuve sanguinante et vivente que le texte subit effectivement une opération de censure – de la part de la hiérarchie de l’Ordre ? – certainement due aux condamnations diverses et réitérées d’Ubertin et des Spirituels par Jean xxii. Il est impossible d’établir avec certitude le lieu dans lequel notre précieux manuscrit fut réalisé. L’analyse paléographique nous permet simplement de constater que la main du copiste A manifeste une formation graphique italienne centro-septentrionnale et qu’une main française méridionale (languedocienne ou provençale) apporte de manière quasi contemporaine des intégrations ou des corrections marginales. Toutefois, il est plausible que le copiste se trouvait ou gravitait dans le milieu franciscain méridional, en Provence. La présence de la Curie à Avignon, où Ubertin avait résidé durant de nombreuses années, a peut-être eu pour conséquence l’excercice d’un contrôle plus étroit sur la diffusion primitive du texte. Il ne faut pas être surpris que les arguments peu orthodoxes du huitième chapitre Ihesus falsificatus, dans lequel il est affirmé que le trône de saint Pierre pouvait être occupé par des papes-antichrist, constituent la cible principale de la censure.

97L’opération successive de restauration du huitième chapitre que l’on constate dans M atteste également le regain d’intérêt pour l’Arbor vitae au début de la seconde moitié du xive siècle, une fois la « tempête » calmée. Le manuscrit parvient à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, de fondation pontificale, entre les premières donnations curiales successives à 1356 et avant la fin du xive siècle ou, au plus tard, au tout début du xve siècle. Il est impossible de dire si l’opération de restauration du huitième chapitre est due aux chartreux du Val de Bénédiction ou fut l’œuvre de son possesseur antérieur. Ce fait attire l’attention car cela montre que le ou les lecteurs du livre V – qu’ils soient franciscains ou chartreux – ont eu pleinement conscience de ce manque alors que, inversement, une bonne partie de la tradition manuscrite successive semble s’en accommoder. Faut-il y voir un signe que la censure ne concerna pas seulement M et qu’elle fut particulièrement efficace ?

Haut de page

Notes

1 Désormais M.

2 Voir J.H. Albanes, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Municipale de Marseille, Paris, 1892 (Catalogue général des manuscrits des Bibliothèques Publiques de France - Départements, t. XV), p. 29.

3 Nous voulons exprimer ici notre gratitude, dans l’ordre chronologique, à Maria Gurrado et Dominique Poirel de l’IRHT (Paris), à Paolo Vian de la Biblioteca Apostolica Vaticana, à Fabio Troncarelli de l’Università degli Studi di Viterbo, et enfin et surtout à Gabriella Pomaro de la SISMEL (Firenze) qui nous a récemment apporté une expertise décisive quant à la datation de M et à l’origine possible de son principal copiste. Nous remercions également Sylvain Piron pour son soutien constant lors de l’élaboration de cet article et Mme Corinne PrÉvost, conservatrice de la BMVR de Marseille, pour nous avoir aimablement autorisé à reproduire le manuscrit dans cette étude. Les usages en science codicologique étant parfois sensiblement différents entre l’Italie et la France, nous avons tenté d’établir, pour cette présentation, un compromis acceptable par les deux communautés scientifiques.

4 En excluant les témoins contenant des excerpta et le codex 328 du Sacro Convento d’Assise, dans lequel le livre cinq est attesté « séparément » dans une seconde unité codicologique non homogène, dont on ne peut reconstruire les origines avant l’assemblage du manuscrit tel que nous le voyons aujourd’hui.

5 M, à la suite du ms. 78, contiendrait « d’autres fragments d’Ubertin », voir Albanes, Catalogue des manuscrits cit., p. 29.

6 Le ms. 78 présente deux notes de possession aux f. 4r et f. 344v de la même main qui atteste que M a appartenu à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon. Les deux manuscrits sont ensuite passés à la Chartreuse de Marseille, voir infra note 15.

7 Voir infra § 6.

8 La datation du manuscrit, due à l’analyse paléographique des collègues que nous avons consultés, nous pousse à affirmer qu’il fut produit au moins 50 ans avant son entrée probable à la Chartreuse, voir infra § 3 l’analyse des mains.

9 C. Le Couteulx, Annales Ordinis Cartusiensis, t. V, Montreuil, 1889, p. 545-558, cité par A. Vernet, « Un manuscrit de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon », Bibliothèque de l’École des Chartes, 107, 1948, p. 76-82, ici p. 76.

10 Voir Le Couteulx, Annales Ordinis, p. 545-558 ; sur l’inventaire des biens daté du 1er juin 1356, dans lequel figurent 57 manuscrits, mais pas M, voir F. Ehrle, Historia bibliothecae Romanorum Pontificum tum Bonifatianae tum Avenionensis enarrata et antiquis earum indicibus aliisque documentis illustrata, t. 1, Rome, 1890, p. 194-246.

11 Voir P. Amargier, R. Bertrand, A. Girard, D. Le Blevec, Chartreuses de Provence, Aix-en-Provence, 1988, p. 37-38 ; voir Vernet, Un manuscrit, p. 76-77.

12 Voir A. Maier, « Ein Handschriftenkatalog der Kartause Vallis Benedictionis bei Avignon », dans Ead., Ausgehendes Mittelalters, Rome, 1977, p. 295-318, ici p. 314. M correspond à l’item 121 de l’inventaire, tandis que le ms. 78 correspond à l’item 122.

13 Voir Chartreuses de Provence, p. 58 et La Chartreuse de Marseille: une vision retrouvée. Histoire, études et restaurations, Marseille, 2011.

14 À notre connaissance, il n’existe pas d’inventaire édité de la bibliothèque de la Chartreuse de Marseille.

15 Voir La Chartreuse de Marseille, p. 20-21.

16 Ce qui, en revanche, est sans doute le cas du ms. 78. Sur la diffusion des manuscrits de l’Arbor Vitae, voir S. Piron, « La réception de l’œuvre et la figure d’Ubertin de Casale », dans Ubertino da Casale, Atti del XLI Convegno internazionale, Assisi, 18-20 ottobre 2013, Spolète, 2014, p. 403-442.

17 Il ne sera pas question dans les pages qui suivent de l’épineux problème des « rédactions » de l’Arbor Vitae. Nous renvoyons aux différentes contributions du volume Ubertino da Casale qui soumettent à la discussion les hypothèses de C. M. Martínez Ruiz (cf. note suivante).

18 Il n’existe qu’une seule description succincte de M, voir Albanes, Catalogue des manuscrits cit., p. 29. M est signalé dans C. M. Martínez Ruiz, « Ubertino da Casale autor de dos versiones del Arbor Vitae », Archivum Franciscanum Historicum, 89, 1996, p. 447-468 ; Id., Historia y proceso redacional del Arbor Vitae, dans Ubertino da Casale cit., p. 113-147, particulièrement p. 121 note 10.

19 Il n’y a donc pas de ff. 64, 65, 66, 67, 68, 69 et 94 dans M.

20 Cette main écrit peut-être la doxologie conclusive f. 88v « Maria ora etc. ».

21 La même main indique « Ubertini liber quartus » en frontispice du ms. Marseille, BMVR, 78, qui date du xve siècle.

22 f. 34bisr, l’initiale du chapitre n’a pas été tracée (lettre J indiquée « en attente » en marge de reliure).

23 Entre les fascicules 1 et 2 : « Ihesus quintus (f. 13v) // liber prolem multiplicans (f. 14r) » ; entre les fascicules 2 et 3 : « Ihesus quintus (f. 25v) // liber Franciscum generans (f. 26r) » ; entre les fascicules 3 et 4 : « Ihesus quintus (f. 36v) // <lacuna> (f. 37r) ».

24 Voir supra les remarques sur les mains des rubricateurs.

25 Albanes, Catalogue, p. 29.

26 Titre donné en rapport avec le ms. 78, dont la reliure est décrite et qui contient le quatrième livre de l’Arbor Vitae d’Ubertin de Casale.

27 Albanes, Catalogue, p. 29 donne également la cote R. 1089, laquelle ne figure pas sur le manuscrit.

28 La Chartreuse de Marseille, p. 20-21.

29 Le texte présente deux petites lacunes « conscientes », voir les notes 33 et 35. Nous précisons, en outre, que les ajouts – contemporains – insérés dans les marges de M se retrouvent dans le texte du codex 328 d’Assise, témoin de référence du livre V – et de l’ensemble de l’oeuvre –, excepté le seul ajout en marge au f. 44bisv.

30 Une main, différente de la main B, écrit le titre (on a préféré ici la variante « falsificatus », présente dans le reste de la tradition, pour les cas où l’on ne trouve pas la leçon « glorificatus ») et corrige en interligne « paciens » en « pacifiens ».

31 Cette clausule a été ajoutée par une main différente, contemporaine de l’opération collective de restitution du chapitre 8. Il pourrait s’agir, comme nous en avons fait l’hypothèse, de la main B, mais utilisant une autre encre (voir note 20).

32 M présente « decor », leçon alternative à « doctor » qui figure dans l’incunable et dans la majeure partie des autres témoins manuscrits. Des motifs liés au contenu du chapitre nous portent à croire que la leçon de M est la plus recevable, l’autre, à savoir « doctor », résultant en revanche d’une corruption.

33 L’explicit de ce chapitre et celui du chapitre 15 (voir note 35) sont alternatifs, mieux ils témoignent d’un niveau de rédaction différent – ce dont nous ne discuterons pas ici. Le copiste A démontre qu’il a conscience que la partie finale du chapitre manque. Il entend la copier en un second temps (mais il ne le fera pas), comme le suggèrent ses annotations en marge, « Hic debet esse additio », et l’espace réglé mais laissé vierge de toute écriture qui fait suite – à savoir la fin du f. 115v, un feuillet aujourd’hui manquant entre les ff. 115 et 116 et encore le recto du f. 116. On sait par le reste de la tradition manuscrite que l’ajout consiste en un commentaire au cinquième article du Credo sur la résurrection des morts, avec explicit « quod Ihesus testis veridicus in premissis omnibus apparebit ».

34 Citation du verset 7 du Credo ou Symbole des Apôtres.

35 Ici également, comme dans le cas du chapitre 13 (voir note 33), manque la fin du chapitre 15. Le copiste A annote en marge comme un promemoria « Hic debet poni additio », laissant un espace libre de toute écriture équivalente au texte manquant – à savoir la fin du f. 123v, un feuillet aujourd’hui manquant entre les ff. 123 et 124 et encore le recto du f. 124. Le texte manquant consiste en un commentaire du sixième et dernier article de foi du Credo, avec l’explicit « vel vitam futuri seculi ut habetur in symbolo patrum ».

36 Compilatio assisiensis dagli Scritti di fra Leone e Compagni sur S. Francesco d’Assisi, a cura di M. Bigaroni, Assisi, 19922, p. 324-344, §  103, 17-106, 35,

37 Dans ce passage, François rappelle aux frères que l’office de la prédication ne doit pas se substituer à l’oraison, la mendicité et le travail manuel (103, 17). Plus loin, il dit au frère qui voulait un bréviaire que « la doctrine enfle et la charité édifie » (103, 26). François se couvre la tête de cendres et répond à ce frère « je suis le bréviaire, je suis le bréviaire » (104, 5).

38 Un frère s’émerveille que François supporte et ne corrige pas les dérives et les abus des frères (106, 1-8) ; François, qui n’est plus le supérieur de l’Ordre, s’en remet à Dieu pour punir ceux qui ne respectent pas ses commandements (106, 18 et suiv.) ; rappel du Testament sur la pauvreté des maisons des frères « de branchages et de boue » (106, 23-35).

39 Compilatio assisiensis, 106, 20.

40 Voir D. Vorreux, Un symbole franciscain : le Tau, Paris, 1996 (Présence de saint François, 30), p. 5-14.

41 Compilatio assisiensis 17, 10-16, p. 52.

42 Nous rappelons que l’unique autre témoin daté de la première moitié du xive siècle, le manuscrit Cardiff, Public Library, 3. 244, signalé par S. Piron, « La réception de l’œuvre », p. 428, transmet seulement les quatre premiers livres de l’Arbor Vitae. Il faut attendre 1372 et le ms. 224 de la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine de Toulouse pour trouver le second parmi les plus anciens témoins du livre V.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fol. 17r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fascicule 6
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fascicule 7
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fascicule 8 
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fascicule 10
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fascicule 11
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fol. 3r :
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fol. 89r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fol. 71r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fol. 80r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fol. 83r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fol. 83v
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende La main E corrige la main A, f. 124v
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fol. 2r, en haut
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fol. 3r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fol. 14r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fol. 2r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fol. 13v
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fol. 15v
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fol. 53v
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Initiale simple, f. 2r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Initiale filigranée au début du cinquième chapitre, Ihesus normam constituans, f. 44ter
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Pied-de-mouche à l’encre rouge, f. 34bisv
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fol. 127v, indication « en attente » et trois points
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fol. 89r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fol. 63r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fol. 31v
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fol. 49v
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fol. 83r, dernière ligne
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fol. 83v, première ligne
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fol. 82r, 11e ligne
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fol. 84r, 15e ligne
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Exemple de mise en évidence au moyen d’une alternance trait et spirale du texte par la main A, f. 27r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fol. 28r, « nota » de la main A à propos de l’éloignement des frères des commandements du Seigneur
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fol. 46v, exemple de « tau » en marge
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/801/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Pane et Damien Ruiz, « Un témoin censuré du livre V de l’Arbor vitae crucifixae Ihesu d’Ubertin de Casale », Oliviana [En ligne], 5 | 2016, mis en ligne le 14 novembre 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://oliviana.revues.org/801

Haut de page

Auteurs

Silvia Pane

Università di Cassino e del Lazio Meridionale

Damien Ruiz

UMR TELEMME, Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • Les cahiers de Revues.org