Navigation – Plan du site
Textes & documents

Petrus Johannis Olivi. Lectura super Epistolam ad Romanos, Prologus

Introduction
Alain Boureau

Texte intégral

1Le commentaire sur les Romains est une œuvre de la maturité de Pierre de Jean Olivi1. Le franciscain abordait alors l’un des rares ensembles bibliques qu’il n’avait pas encore traités. Il avait sans doute l’ambition de commenter l’ensemble du corpus paulinien. En effet, le texte est précédé de deux prologues, dont le premier, fort long, se présente comme une introduction générale aux épîtres de Paul, qui insiste sur l’unité et la cohérence des épîtres de Paul. En outre, le commentaire de l’épître suivante, selon l’ordre traditionnel du corpus – la Première aux Corinthiens – est inachevé et semble avoir été interrompu par la mort de l’auteur, en 1298.

2Dans ce commentaire, près d’une vingtaine de renvois à d’autres œuvres – déjà rédigées ou bien projetées – de Pierre de Jean Olivi, énoncés de façon précise (in tractatu de originali peccato) ou vague (alibi), sous forme personnelle (exposui, ostendi, etc.) ou impersonnelle (alibi traditum est) permettent d’établir avec certitude l’authenticité de l’œuvre et d’offrir une date approximative pour la rédaction. Le commentaire sur les Romains, qui cite les commentaires sur Matthieu, sur Job et sur Isaïe, ainsi que plusieurs questions de la Somme sur les livres I, II et III des Sentences de Pierre Lombard, paraît donc assez tardif dans la carrière de l’auteur : selon Sylvain Piron2, il aurait été rédigé vers 1290 au studium de Montpellier. Toutefois, cette datation demeure incertaine : l’absence d’une référence interne peut signifier non pas une antériorité de notre commentaire, mais l’absence de relation thématique entre les deux œuvres. Par ailleurs, le renvoi au commentaire sur les Hiérarchies de Denys est énigmatique : nous n’avons conservé que le commentaire sur la Hiérarchie céleste, qui a sans doute été rédigé plus tôt (vers 1280). Or Olivi renvoie au commentaire des deux hiérarchies, comme à une œuvre future. Il est possible que l’auteur ait envisagé une reprise du commentaire existant accompagnée d’un nouveau commentaire sur la Hiérarchie ecclésiastique : dans cette page, en effet, il renvoie au chapitre xii de la Hiérarchie céleste, mais à propos d’un thème (le primat d’Abraham ou de Moïse), qui trouve une place plus naturelle dans un commentaire sur la Hiérarchie ecclésiastique. Par ailleurs, on pourrait être incité à avancer la date de rédaction plus près de la fin de la vie de l’auteur, si l’on considère la continuité entre le présent commentaire et celui qui porte sur la Première aux Corinthiens. Mais l’ampleur et la diversité du programme de travail d’Olivi ont très bien pu le contraindre à étaler l’enseignement ou la rédaction de cette nouvelle série exégétique sur une période assez longue3.

Orientations du commentaire

3L’épître aux Romains a été abondamment glosée au Moyen Âge. Werner Affeldt4 a dressé l’inventaire d’une cinquantaine d’exégètes latins jusqu’au début du xive siècle. Les raisons en sont évidentes : le texte de Paul constitue en quelque sorte une première théologie chrétienne, dont l’autorité était assurée par son insertion dans le canon de l’Écriture et par la grande dévotion envers celui qu’on nommait l’Apôtre. Le thème de la justification par la foi (voir notamment 1, 17) joua un rôle considérable dans l’intérêt porté au texte, dont on connaît l’importance dans l’élaboration de la doctrine de Luther5.

4Le commentaire d’Olivi paraît beaucoup moins lié aux luttes doctrinales du franciscain que ses autres œuvres exégétiques. Néanmoins, on perçoit bien les orientations majeures de sa lecture de Paul. Dans le prologue général et au chapitre i, il énonce le thème principal du texte : la nécessité, égale pour tous, de la grâce christique. Le prologue général, en forme d’accessus, montre que les quatre causes du texte de Paul relèvent de l’esprit septiforme du Christ ; source des sept dons de grâce que la théologie médiévale appropriait à la troisième personne de la divinité, mais qu’Olivi attribuait au Christ dans son commentaire sur le verset d’Isaïe (11, 2) qui fut la source de la réflexion médiévale sur les sept dons de l’esprit. Le christocentrisme d’Olivi trouve une confirmation forte dans le texte de Paul et neutralise l’opposition entre foi et œuvres accentuée dans un grand nombre de commentaires médiévaux. À trois reprises, il précise que la foi, fides, doit se comprendre comme don du Christ, comme gratia gratum faciens et non comme habitus fidei (1, l. 575, 919 et 949-965).

5L’eschatologie du franciscain n’est pas totalement absente de son commentaire : ainsi, à la fin du premier chapitre, il propose une série de divisiones textus de la partie « théologique » (instructio fidei) du texte (chapitres iii-xi) : la première divisio suit les douze itinéraires (viae) qui conduisent à la démonstration principale (la nécessité égale pour tous de la grâce). Ensuite il regroupe ces douze moments analytiques en cinq itinéraires thématiques avant de montrer leur équivalence chronologique avec cinq status. On sait que pour Olivi le status constitue à la fois un moment de l’histoire du salut, la pratique cultuelle dominante en ce moment et le mode de perfection qui doit y correspondre. Les cinq parties de la divisio représentent la suite de ces statuts : loi de nature, loi écrite, status intermédiaire, status de la grâce christique en son sens général et enfin status de la grâce prise en son déroulement historique (début, déroulement et achèvement). Le stade de l’achèvement doit être marqué par la conversion des juifs. De même, à la fin du chapitre xi, les considérations de Paul sur le salut futur des juifs suscitent un petit développement sur la mira translatio statuum et temporum et sur la conversion des juifs au moment de la venue de l’Antéchrist. Le rôle éminent des status ou des professiones de haute perfection est affirmé à plusieurs reprises ; ces professions sont rapprochées de la communauté juive pour leur sens du culte divin, par comparaison avec les autres nations et les autres professions (2, l. 18-22). En somme, le thème paulinien de l’égalité des païens et des juifs devant le Christ concordait parfaitement avec la certitude eschatologique d’Olivi sur la conversion finale, et proche, des juifs.

6Et, si Olivi traite fort rapidement de la partie « morale » (informatio morum) de l’épître (chapitres xiii-xvi), c’est sans doute qu’il y trouve des enseignements trop tièdes pour servir à l’exaltation du status de perfection. Ainsi, au chapitre xiv (l. 215-230), le franciscain pose une question en relation directe avec l’actualité des débats sur la très haute pauvreté : Paul, en matière d’observances alimentaires, recommande d’éviter toute conduite qui, justifiable en soi, scandaliserait inutilement la communauté. L’exégète se demande si ce conseil vaut si la pratique visée relève de la recherche de la perfection ou d’une entrée en religion. La réponse est négative : si le scandale provient de la malice, il faut l’ignorer. S’il découle de l’ignorance, il faut éclairer le fidèle scandalisé et passer outre s’il persiste. Le principe de l’obéissance aux puissances publiques, prôné par Paul au chapitre xiii est remis en cause : l’obéissance n’est pas due à un prince infidèle, non plus qu’à un pape hérétique6.

Les méthodes exégétiques

7Le commentaire aux Romains est bref, quand on le compare aux deux sources majeures que l’auteur utilise : les Collectanea de Pierre Lombard et le commentaire de Thomas d’Aquin. Il s’agit principalement d’une lecture cursorie¸ qui se réduit, dans la seconde partie de l’épître (chapitres xii-xvi, partie « morale », ou parénétique du texte), à une divisio textus développée et à un résumé de la Glose (en l’occurrence celle de Pierre Lombard). Pourtant, on trouve parfois des embryons de questiones à sujets théologiques, dont les solutions très synthétiques peuvent constituer l’esquisse d’une lecture faite magistraliter.

8Cette orientation vers la lecture cursive tient peut-être à des raisons pédagogiques qui nous échappent, faute de connaître la fonction exacte de ce commentaire et les circonstances de son enseignement. Mais elle correspond aussi à la priorité accordée à l’exégèse littérale dans l’œuvre d’Olivi7, renforcée ici par la nature du texte commenté. Olivi considère l’épître comme un texte démonstratif, dont il importe de repérer les articulations logiques, tâche d’autant plus nécessaire que cette logique n’est pas celle des écoles ni des philosophes8. Certes, Paul ne suit pas complètement le modus sillogisticus ; il ne distingue pas les arguments de façon univoque. Cependant, sa doctrine suit un mode rationnel qu’il convient de retrouver (1, l. 1009-1019). C’est pourquoi, Olivi part en quête des équivalents des mineures et majeures du syllogisme, comme le fait saint Thomas de son côté, mais avec des résultats différents, puisque c’est à partir des conclusions du raisonnement que les articulations logiques sont reconstruites.

9Les deux seuls passages (1, l. 461-507 et 1, l. 758-769) où Olivi inclut une interprétation « mystique » (mistice) concernent des versets de la partie initiale, la salutatio, avant la démonstration proprement dite. Dans les deux cas, il s’agit d’appliquer certains versets à la vie présente du prédicateur et du pasteur. Ce sens pourrait être désigné comme « moral » ou tropologique. D’ailleurs, l’auteur relève lui-même que ces considérations peuvent utilement être méditées, « surtout en morale » (maxime in moralibus, 1, l. 768). Pourtant, dans les deux cas, Olivi appelle ce sens hystoricus, selon une acception empruntée à Joachim de Flore ; ce dernier n’est pas nommé, mais la qualification du sens « historial » comme la première des douze intelligences spirituelles ne laisse aucun doute à ce sujet. Et précisément chez Joachim, l’intelligence « historiale » a peu à voir avec le sens « historique » de l’exégèse commune9. À la fin du second passage, le franciscain dit qu’il ne compte plus, dans la suite du commentaire, rechercher ce sens (non enim ex nunc intendo ipsum multum prosequi, 1, l. 768-769).

10L’apport de la lecture littérale d’Olivi réside principalement dans son souci de définir la rhétorique propre au corpus paulinien. Certes, Paul use de certains modes communs à l’Écriture en son entier. Ainsi, à deux reprises (1, l. 393-395 et 16, l. 143-144), Olivi justifie comme mos scripture ou mos scripturarum la tournure grammaticale qui consiste à répéter un pronom relatif par un pronom personnel au même cas. À chaque fois il utilise comme précédent une citation du Psaume 121 (cuius participatio eius). Le changement inopiné des personnes verbales (du singulier au pluriel, ou de la troisième personne à la première) relève aussi du mos scripturarum. Cette volonté d’unir le style de Paul à celui de l’Ancien Testament explique peut-être une remarque curieuse d’Olivi, qui semble vouloir « hébraïser » Paul par sa syntaxe (mos est sepe in hebreo), au-delà des textes latin et grec. Au chapitre xv (l. 85-93), il rapproche une construction de Paul de l’usage hébraïque qui consiste à détacher, sans construction, un nom ou un groupe nominal en début de phrase tout en le reprenant par un pronom personnel dans la proposition qui suit ; le modèle cité est celui du Psaume. (Dominus in celis sedes eius, le eius et le dominus ualent hunc genitiuum Domini ut sit sensus : in celo est sedes Domini.) Pourtant, le lemme glosé (et qui exsurget regere gentes, in eum gentes sperabunt) pourrait se laisser construire selon la syntaxe latine par un simple jeu sur l’ordre des mots.

11Olivi distingue des modi loquendi dont certains sont propres aux orateurs sacrés (les prophètes, le Christ, Paul), comme le modus gementis (11, l. 33-35) ou le modus imprecantis (11, l. 89-92). Le recours à cette description permet de justifier des expressions qui paraîtraient trop brutales ou trop directement humaines. Avec les autres textes du Nouveau Testament, l’épître partage le mos graecus, qui, par exemple, utilise le génitif à la place de l’ablatif latin (1, l. 346-347). Enfin, d’autres types de tournures sont propres à Paul : son mos loquendi le conduit à désigner la partie par le tout, pour des raisons morales et pastorales (chapitre xv, l. 121-130). À la critique de « certains » qui mettent en doute l’utilité des salutations du chapitre xvi, Olivi rétorque en montrant qu’elles nous servent de modèle quant à l’affection entre membres de l’Église, mais aussi quant à la rédaction des lettres. L’épître s’offre comme modèle du mos epistolaris (16, l. 116-119) : la remarque est fort intéressante, car, on le sait, c’est la culture médiévale qui a créé les premiers manuels de rhétorique épistolaire, les artes dictandi.

12Une deuxième catégorie de gloses littérales relève de la question textuelle, qui traite de la propriété des termes employés ou de la cohérence interne des Écritures. Ainsi, au premier chapitre les participes passés predestinatus et factus, appliqués au Christ, créent de sérieuses difficultés théologiques. Olivi en traite longuement. Bien entendu, il n’est pas le seul exégète à relever le problème, mais ses solutions sont originales, notamment quand il a recours à sa théorie de la relation10 pour rendre compte de la forme passive de predestinatus (1, l. 480-498). Ces problèmes peuvent permettre une transition des questions littérales vers les questions doctrinales. Il en va ainsi de la petite question sur la contradiction apparente entre le chapitre ix et le chapitre xi sur l’élection des juifs propter patres (11, l. 347-358). Au chapitre xi (l. 265-289), à partir d’une possible contradiction entre le retour des juifs dans l’histoire du salut et les textes scripturaires qui condamnent les élus déchus, une question, non dénuée de portée polémique contemporaine, porte sur les chances comparées de salut entre l’apostat repentant et l’ignorant.

13Les questions magistrales ne sont donc pas absentes de ce commentaire – on peut même en repérer une bonne quarantaine –, mais elles sont réduites à un traitement rapide. En certains cas, la réponse semble désinvolte : ainsi, à propos du verset de Paul assurant que les factores legis sont justes auprès de Dieu, Olivi pose la question du statut d’Adam avant la chute. Certains disent qu’il aurait pu accomplir la loi sans la grâce divine et qu’il n’aurait donc pas mérité la gloire divine. La réponse élude le problème et suggère au disciple une simple échappatoire : dic quod uel illud est falsum uel in homine lapso est uerbum apostoli semper uerum (2, l. 253-254). Au chapitre ii, à propos du verset Qui reddet unicuique secundum opera eius, Olivi présente un groupe de cinq questions importantes au sujet de la rémunération des mérites : ces questions portent sur le sort des enfants au jugement dernier, sur la valeur respective de la charité et des œuvres, sur la prééminence des mérites du Christ dans la rémunération finale, sur la valeur des rémissions obtenues par les indulgences papales et par les suffrages des fidèles, sur la possibilité d’une rémunération divine non proportionnée aux mérites. Or les réponses sont expédiées en quelques lignes, avec quelques renvois à l’œuvre du franciscain. Tout se passe comme si Olivi avait rédigé un plan de lectio magistrale, ou un guide permettant à des disciples de composer un commentaire substantiel en se reportant à l’œuvre du maître.

Le texte biblique

14Le texte biblique diffère peu du texte « parisien ». En 1, 13, Olivi note une alia littera (non arbitror au lieu de nolo). Un certain nombre de divergences proviennent de la mauvaise qualité de l’exemplar. Ainsi on a parfois deux textes différents dans la divisio textus et dans la lectio (8, 23 : non solum autem illa/non solum autem in illam). L’exégète n’hésite pas à changer les désinences pour insérer le lemme dans une phrase de son commentaire, ni à modifier l’ordre des mots en le conformant à l’ordre de son exposition. Pour les citations de l’Ancien Testament, Olivi remarque que Paul utilise un texte correspondant à celui des Septante.

Les manuscrits

15Nous ne disposons que de deux manuscrits du texte11.

161. Paris, BnF, latin 15588, fol. 181 (P).

17Fin du xiiie siècle. Parchemin. 350 x 230 mm. Foliotation en chiffres arabes par feuillet. Écrit sur deux colonnes. Petites initiales et signes de paragraphes bleus ou rouges. Au début de chaque commentaire, grandes initiales ornées à filigranes et antennes. Au début du manuscrit, grande lettre peinte sur fond d’or avec encadrement peint et orné.

18Le manuscrit contient quatre textes d’Olivi : les cinq Principia (fol. 1r-14v)12, la Postilla super Mattheum (fol. 15r-134r), notre commentaire sur les Romains (fol. 135-163r), la Postilla in Cantica Canticorum13 (fol. 163r-179r). Suit un bref index des matières (fol. 179v, sur quatre colonnes). Les folios 180-181 sont vierges.

19Ce manuscrit a été légué au collège de la Sorbonne par le maître Pierre de Limoges, mort en 1306. Selon Marie-Thérèse d’Alverny14, c’est Pierre de Limoges qui a lui-même folioté le manuscrit, en le munissant de lettres de repère et en le corrigeant. Il aurait aussi rédigé l’index des matières. Le manuscrit, dont l’écriture paraît méridionale et l’ornementation parisienne, aurait été exécuté pour Pierre de Limoges

202. Florence, Bibl. Medicea-Laurenziana, Conventi soppressi 240, fol. ii + 189 (F)15.

21Début du xive siècle. Parchemin. 315 x 225 mm. Écriture italienne. Nombreuses traces de corrections.

22Le manuscrit ne contient que des commentaires d’Olivi (sur Job16, fol. 1ra-74vb ; table des questions posées dans ce dernier commentaire, fol. 75ra-75va ; sur les douze petits prophètes17, fol. 76ra-107va ; sur l’épître aux Romains, fol. 107va-133rb, sur le Cantique des Cantiques18, fol. 133va-150va ; sur les Lamentations de Jérémie19, fol. 150va-162rb ; sur les Psaumes20, fol. 162va-178vb ; sur les Proverbes21, fol. 179ra-187rb ; sur la Première aux Corinthiens22, fol. 187v-189vb)

23De rares corrections marginales ont été effectuées par le scribe. Une seconde main en a apporté d’autres, en petit nombre également et a numéroté les chapitres.

24Ce manuscrit a été légué en 1406 au couvent franciscain Santa Croce de Florence par Tedaldo della Casa qui en fut le bibliothécaire. Il fut transféré à la Bibl. Medicea-Laurenziana en 176723.

25Le texte du manuscrit F est nettement supérieur à celui de P, en dépit des corrections de Pierre de Limoges. Toutefois, les divergences sont relativement minces. La quasi-totalité des différences de détail semble provenir d’inattentions (notamment dans le déchiffrement des désinences) ou de mauvaises lectures (par exemple un impossible crementum pour crimen, tum, 3, l. 120 ; un absurde ad quam pour Adam, 5, l. 40). À plusieurs reprises, F offre la trace d’une correction de l’exemplar, dont la faute a été reproduite sans correction par P (16, l. 72 : mendire pour mendicare). Les très rares cas de divergences fortes ne donnent jamais un sens acceptable en P. On peut supposer que les deux copies ont été faites à partir d’un même exemplar. Ainsi, au chapitre i, une même leçon absurde, sophismata pheis* a probablement été copiée telle quelle en P et corrigée par grattage en F pour aboutir à somnia Pharonis, leçon évidente par contexte (aduertat etiam quod Ioseph exponens diuersa somnia Pharaonis et diuersas ymaginationes eorum). Les omissions de phrases ou de membres de phrases, en P, sont restituées en marge selon des leçons identiques à celles de F. En deux cas importants, pourtant, la seconde main du manuscrit F a apporté des ajouts marginaux que l’on ne retrouve pas en P. Au folio 114va de F (2, l. 97-109), le correcteur a ajouté quelques lignes de réponse à la cinquième et dernière des questions posées dans le paragraphe précédent au sujet de la rémunération des mérites et de la justification par les œuvres. Cette réponse qui devait manquer dans l’exemplar, a pu être reconstituée par le correcteur ; son contenu paraît bien plat et peu olivien. Au folio 116va (2, l. 216-219), ce correcteur ajoute une glose à testimonium reddente qui contrevient à la syntaxe de la phrase initiale et tend à atténuer la lecture eschatologique du passage. L’absence d’autres intervenions similaires ne permet pas de conforter l’hypothèse d’une relecture « normalisante » du texte d’Olivi.

Sources

26Olivi utilise de façon suivie les Collectanea in epistolam ad Romanos de Pierre Lombard, qui avaient supplanté la Glose ordinaire au xiiie siècle, au point que les citations qui en sont tirées sont signalées ici comme « Glossa », sans attribution d’auteur. Sur des points importants, il signale les sources du Lombard, essentiellement Ambrosiaster (confondu avec Ambroise au Moyen Âge), et à Haymon d’Auxerre, sans nécessairement revenir au texte originaire. Même si en de rares lieux, on a noté des parallèles avec le commentaire de Pierre Abélard, il n’est pas certain qu’Olivi en ait disposé. En revanche, il connaît et pratique le commentaire de Thomas d’Aquin, qui pourtant fut peu répandu au xiiie siècle. Curieusement, Olivi en fait un usage modéré et non polémique, alors que dans sa postille sur Job, rédigée antérieurement, il avait pris systématiquement le contre-pied de Thomas (désigné comme quidam), tout en suivant sa lecture littérale. Un seul passage marque une distance ou un agacement : au début du deuxième chapitre (In quo enim iudicas alterum, teipsum condemnas ; eadem enim agis, qui iudicas, 2, 1), Olivi note qu’il ne s’agit là, à l’évidence ni du jugement téméraire sur des points difficiles ou secrets, ni du jugement humble. Il n’y a pas lieu de s’étendre et toute question est sans objet (la même formule est répétée : « ex quo cessat questio quedam que posset fieri »). Or Thomas avait procédé à une longue distinction pour écarter ces sens formellement possibles. Quelques lignes plus loin, un quidam introduit une thèse de Thomas (le juge qui condamne un péché qu’il commet lui-même n’ajoute pas un péché nouveau à sa faute, sauf en cas de scandale public). Olivi semble émettre un avis plus sévère, mais le débat ne va pas plus loin. Dans tous les autres cas, la lecture de Thomas, qui n’est pas explicitement notée, fournit des précisions accueillies sans polémique.

27On note aussi le recours à l’œuvre de Denys l’Aréopagite, habituel chez Olivi, mais rendu ici plus nécessaire à propos du thème du Christ-hiérarque, bien accentué dans le prologue général.

La présente édition

28Nous suivons le manuscrit F, en préférant, dans les très rares cas où sa correction de l’exemplar commun est plus judicieuse, les leçons de P. Nous avons respecté l’orthographe de F, mais modernisé la ponctuation. Les lemmes bibliques sont imprimés en petites capitales et les citations bibliques en italiques*.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1. L’édition intégrale du commentaire paraîtra chez Brepols dans la collection Corpus Christianorum Continuatio Medieualis.
2. Voir Sylvain Piron, Parcours d’un intellectuel franciscain. D’une théologie vers une pensée sociale : l’œuvre de Pierre de Jean Olivi (ca. 1248-1298) et son traité De contractibus, Paris, École des hautes études en sciences sociales, thèse de doctorat, 1999, vol. 3 (Annexes), p. 147-150.
3. De fait, le commentaire sur les sept épîtres canoniques, qui comporte un renvoi au commentaire sur les Romains, s’est intercalé entre les deux commentaires de Paul.
4. Werner Affeldt, « Verzeichnis der Römerbriefkommentare der lateinischen Kirche bis zu Nikolaus von Lyra », Traditio, 13, 1957, p. 369-406.
5. Voir Heinrich Denifle, Luther und Luthertum in der ersten Entwickelung. Quellenmässig dargestellt, Mayence, F. Kirchheim, 2 vol., 1904-1909.
6. Sur ce thème, voir Petri Iohannis Olivi Quaestiones de Romano Pontifice, cura et studio Marci Bartoli, Grottaferrata, Editiones Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, 2002.
7. Voir Gilbert Dahan, « L’exégèse des livres prophétiques chez Pierre de Jean Olieu », in A. Boureau & S. Piron, eds, Pierre de Jean Olivi. Pensée scolastique, dissidence franciscaine et société, Paris, Vrin, 1999, p. 91-114.
8. La recherche d’une logique proprement chrétienne était déjà présente dans le commentaire de Lanfranc du Bec sur les Romains. Voir Thierry Lesieur, Devenir fou pour être sage. Construction d’une raison chrétienne à l’aube de la réforme grégorienne, Turnhout, Brepols, 2003, p. 97-141.
9. Voir Henry Mottu, La manifestation de l’Esprit selon Joachim de Fiore. Herméneutique et théologie de l’histoire d’après le Traité sur les quatre évangiles, préf. de Marie-Dominique Chenu, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1977.
10. Alain Boureau, « Le concept de relation chez Pierre de Jean Olivi », in A. Boureau & S. Piron, Pierre de Jean Olivi…, p. 41-55.
11. Voir Antonio Ciceri, Petri Iohannis Olivi, Opera. Censimento dei manoscritti, Grottaferrata, Editiones Collegii S. Bonaventura ad Claras Aquas, 1999.
12. Édités par D. Flood & G. Gál, in Peter of John Olivi on the Bible, St. Bonaventure (NY), Franciscan Institute Publications, 1997.
13. Texte édité par Johannes Schlageter, Petri Iohannis Olivi Expositio in canticum canticorum | kritische Edition von Olivis Hoheliedkommentar, Grottaferrata, Editiones Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, 1999.
14. Voir Marie-Thérèse d’Alverny, « Un adversaire de saint Thomas : Petrus Johannis Olivi », in A. Maurer ed., St. Thomas Aquinas. 1274-1974. Commemorative Studies, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1974, p. 179-218. La description du manuscrit se trouve aux pages 192-195.
15. Nous résumons ici la notice complète rédigée par Gilbert Dahan pour la Postilla super 12 prophetas minores.
16. Édition en préparation par Alain Boureau pour le CC CM.
17. Édité par Gilbert Dahan, sous presse aux éditions Brepols, Turnhout (CC CM).
18. Texte édité par Johannes Schlageter, cf. note 13.1.
19. Texte édité par Marco Bartoli, La caduta di Geruslamme. Il commento al libro delle Lamentazioni di Pietro di Giovanni Olivi, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 1991.
20. Édition en préparation par Martin Morard.
21. Texte édité par Johannes Schlageter, Lectura super Proverbia et Lectura super Ecclesiasten, Grottaferrata, Editiones Collegii S. Bonaventurae ad Claras Aquas, 2003.
22. Texte édité par David Flood & Gedeon Gál, Peter of John Olivi on the Bible, note 12.
23. Pour M.-T. d’Alverny, art. cit., p. 195, ce manuscrit se trouvait dans la bibliothèque d’Urbain V en 1369, puis dans celle de Benoît XIII à Peñiscola, ce qui est incompatible avec les données fournies par le manuscrit. Elle a été induite en erreur par Maurice Faucon, La Librairie des papes d’Avignon, sa formation, sa composition, ses catalogues (1316-1420) d’après les registres de comptes et d’inventaires des archives vaticanes, Paris, Thorin, 1886, t. 2, p. 53. Ce précieux volume qui contenait également les commentaires d’Olivi sur les Actes des Apôtres, les Épîtres canoniques, la Hiérarchie céleste et la Règle franciscaine, les deux traités spirituels Miles armatus et Exercens, ainsi que la table des œuvres complètes dressée par l’auteur (tabula super misteriis eiusdem in omnibus operibus suis ou tabulas fratri Petri predicti in operibus suis) est malheureusement perdu. Comme le montre le dernier inventaire après décès de la grande librairie de Benoît XIII, il a été attribué à la mort du dernier pape d’Avignon à un certain Johannes Pincho (Fuit traditus frati Johanni Pincho pro sua provisione), cf. Marie-Henriette Jullien de Pommerol & Jacques Monfrin, La Bibliothèque pontificale à Avignon et à Peñiscola pendant le grand schisme d’Occident et sa dispersion. Inventaires et concordances, École française de Rome, 1991, t. 1, p. 396.
* Nous tenons à remercier Gilbert Dahan pour sa minutieuse vérification de la lecture du manuscrit P et pour son aide amicale.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Boureau, « Petrus Johannis Olivi. Lectura super Epistolam ad Romanos, Prologus », Oliviana [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 27 juin 2006, consulté le 27 mai 2017. URL : http://oliviana.revues.org/46

Haut de page

Auteur

Alain Boureau

École des hautes études en sciences sociales, Paris.
Groupe d’anthropologie scolastique 

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • Les cahiers de Revues.org