Navigation – Plan du site
Recherches

Autour d’un autographe (Borgh. 85, fol. 1-11)

Sylvain Piron

Texte intégral

1Dans l’un de ses nombreux articles publiés alors qu’elle préparait le catalogue du fonds Borghese de la Bibliothèque Vaticane, Anneliese Maier avait signalé la présence, dans le premier cahier du codex 85, de nombreuses traces de corrections d’auteur qui témoignaient, à ses yeux, du caractère autographe de ce fragment des questions De vitiis d’Olivi1. Très récemment, Fabio Troncarelli a mis en doute ce résultat2. Pensant avoir identifié la main du même auteur dans les marges d’un manuscrit pseudo-joachimite copié en Languedoc à la fin du xiiie siècle (Roma, Biblioteca Nazionale, V. E. 1502), la confirmation de son hypothèse lui rendait nécessaire de réfuter la précédente identification.

2L’acuité de son regard paléographique lui a permis de repérer l’intervention d’une seconde main, utilisant la même encre, et présentant des traits si proches de la première main qu’Anneliese Maier n’en avait pas remarqué la présence. Cette collaboration entre deux scribes tendrait, selon lui, à invalider l’hypothèse d’un manuscrit d’auteur. Mais son argument majeur tient à la datation de ces deux écritures méridionales. La main du scribe principal lui semble en effet impliquer une période de formation graphique trop tardive pour être celle d’Olivi, puisqu’elle relève d’une cursive standardisée formée dans le dernier quart du xiiie siècle. La seconde main, très proche par bien des aspects, présente toutefois quelques traits plus « archaïques » qui suggèrent un apprentissage antérieur. Il faudrait donc voir dans ce cahier à deux mains un travail réalisé par des assistants d’Olivi, travaillant sous sa dictée, et non une intervention de l’auteur sur son propre texte. Sans chercher à discuter l’ensemble du raisonnement tenu dans cet article, je voudrais reprendre ici un examen méthodique de ce cahier qui permettra de confirmer le jugement initial d’Anneliese Maier et d’en préciser le sens.

3Fabio Troncarelli ne prend pas en considération l’un des points les plus intéressants relevés par Anneliese Maier. Dans la marge inférieure de la première page de ce cahier, une main contemporaine a inscrit les mots suis in Christo filiis (« à ses fils en Christ »). Cette expression semble devoir être interprétée comme une forme de dédicace. Cet élément matériel permet alors de fonder une hypothèse quant à la conservation de ce cahier de papier sans filigrane. Il serait resté entre les mains d’un groupe de frères mineurs proches d’Olivi, après le décès (14 mars 1298) de leur « père »3. Ce cahier aurait aussi bien pu leur être transmis du vivant même de leur maître. Le fait qu’il ait échappé aux confiscations et destructions de manuscrits oliviens opérés dans la première décennie du xive siècle4 signale en outre le soin avec lequel il a été gardé en lieu sûr.

4Un examen de la composition de ce volume permet de conforter cette hypothèse. Le premier cahier a été relié avec un ensemble d’autres documents à une date très tardive, puisque l’on ne trouve aucune trace de ce codex dans les anciens inventaires de la bibliothèque pontificale5. Ce recueil présente toutefois une relative unité thématique. Il ne contient, pour l’essentiel, que des pièces liées à divers moments des crises franciscaines du xive siècle. Outre une lettre de Michel de Césène dénonçant les hérésies de Jean XXII (Christianae fidei fundamentum) et deux réponses de la « communauté » aux accusations d’Ubertin de Casale, dans les années 1310-13116, plusieurs pièces sont relatives au conflit opposant, dans les années 1316-1317, les frères réfugiés au couvent de Narbonne à leurs adversaires, menés par Guillaume Astre et Bonagrazia de Bergame7. Ces documents, présentant les « réponses » des Spirituels, pourraient avoir été trouvés dans les archives du couvent franciscain de Narbonne, au moment où le tombeau d’Olivi fut détruit et les offrandes apportées par les fidèles furent brûlées en public8. On trouve également, répartis entre ces documents, plusieurs statuts franciscains, une question disputée d’Olivi et un autre cahier de papier contenant diverses questions théologiques de la fin du xiiie siècle, dont certaines sont de Richard de Mediavilla.

5Cette unité thématique lâche permet d’avancer une autre hypothèse destinée à rendre compte de la conservation de cet ensemble légèrement hétéroclite dans la bibliothèque pontificale. Chacune de ces pièces aurait pu être ajoutée, tour à tour, dans un même dossier concernant les Spirituels. Ouvert sous Clément V au moment de la longue discussion sur l’observance de la règle franciscaine (1309-1311), il aurait ensuite naturellement accueilli les documents liés à la confrontation suivante. Il est alors instructif de noter que les lettres émises après 1328 par Michel de Césène contre Jean XXII y auraient également trouvé place, confirmant ainsi qu’aux yeux de l’administration pontificale, cette nouvelle dissidence continuait les précédentes9.

6Le cod. Borgh. 85, relié tardivement, aurait ainsi permis de rassembler le rebut de ce dossier, dont d’autres pièces auraient été soit reliées à une date antérieure, soit détruites ou soustraites des archives avignonnaises, et dont un certain nombre est encore conservé au Vatican, non pas à la Biblioteca Apostolica, mais à l’Archivio Segreto10. On peut dès lors présumer que les quelques textes non polémiques qui figurent dans ce volume proviennent de saisies effectuées dans les couvents tenus par les Spirituels en 1318. Cette hypothèse, concernant la confection du volume, s’accorde pleinement avec l’indice précédent : la valeur dévotionnelle attribuée à ce cahier implique en effet qu’il ait été conservé par des disciples fidèles, probablement dans l’une des deux villes où la mémoire d’Olivi fut le plus longtemps révérée (Narbonne ou Béziers).

7De façon inespérée, l’ensemble de cette déduction peut être confirmée par un document avignonnais retrouvé récemment. Dans le cadre de sa thèse de doctorat, Valérie Theis a découvert et édité un répertoire des fonds de la chambre apostolique datant du règne d’Innocent VI. L’une de ses sections présente les contenus d’une douzaine de boîtes (techae) remplies de documents concernant les pontificats de Jean XXII et Benoît XII. Or cette liste coïncide relativement bien avec la série d’archives que le cod. Borgh. 85 laisse entrevoir11. Le deuxième item de cette liste, intitulé Hereticorum et rebellium scripture, désigne certainement les documents produits dans les années 1316-1317 par les Spirituels qui étaient alors techniquement qualifiés de rebelles et accusés d’hérésie. Il faut en outre souligner que leurs écrits conservés dans le cod. Borgh. 85 étaient destinés à « informer de leur innocence » les auditeurs de la chambre et qu’ils étaient donc destinés à être conservés dans les archives de la chambre apostolique. La neuvième boîte a pour libellé Contra Bavarum, Mediolanum et antipapam. Elle confirme que c’est dans la continuité du premier dossier qu’ont été conservées des archives relatives aux luttes de Jean XXII contre Louis de Bavière, Matthieu Visconti et l’antipape Pierre de Corbara. La boîte suivante, Bulle multe Nicholai Johannis et Benedicti, devait rassembler les bulles sur la question franciscaine, d’Exiit qui seminat de Nicolas IV aux différents textes émis par Jean XXII et Benoît XII.

8Dans les années 1350, les archivistes avignonnais regardaient avec dédain le contenu des autres dossiers qui avaient en effet perdu toute actualité judiciaire. Parmi ces documents inutiles, l’origine d’un ensemble est au moins précisément située : Scripture quedam inutiles de Narbona. La désignation vise assurément la provenance des pièces contenues dans la boîte ; il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec l’hypothèse d’une saisie judiciaire de tous les documents trouvés dans les archives du couvent de Narbonne au moment où s’est effectuée la prise de possession des lieux. Il y a donc de très fortes chances pour que le cahier autographe ait fait partie de cette confiscation.

9Une conjecture plus fragile pourrait permettre de voir dans le premier item, intitulé theologie scripture parvi valore, la trace des documents produits lors des débats des années 1309-1312 sur l’observance de la règle et l’orthodoxie d’Olivi12. Les indications trop sommaires données au sujet des autres ensembles, désormais dépourvus de valeur, doivent inciter à la prudence. Toujours est-il que rien, dans cet inventaire, n’interdit de penser que l’ensemble du contenu du cod. Borgh. 85 puisse provenir de cette série d’archives. Lors d’un ultime reclassement, au cours du xvie siècle, quelques-unes de ces pièces disparates auraient été reliées ensemble et auraient alors gagné la bibliothèque pontificale.

10Le recoupement de ces différentes pistes suggère que la confection de l’autographe, conservé comme relique au couvent de Narbonne, remonte aux dernières années de la vie de son auteur. C’est un résultat que confirme par ailleurs l’examen de la fonction qu’a remplie ce manuscrit. Il convient en effet de l’associer au moment où Olivi effectuait lui-même la mise au propre et l’édition de l’ensemble de ses travaux13. Cette opération semble s’être déroulée au cours des années 1294-1296. On en voit notamment la trace dans la production d’une seconde version, revue et augmentée, du De contractibus, produite peu après mars 1295. Les lettres et documents apologétiques et polémiques ont également fait l’objet d’une révision14, de même que les commentaires bibliques auxquels ont notamment été ajoutées des tables récapitulant les diverses questions soulevées au cours des commentaires.

11La partie la plus visible de cette activité a concerné le rassemblement des questions disputées de nature théologique au sein d’une Summa composée de quatre livres. Nous ne disposons d’un manuscrit reflétant exactement cette édition que pour le seul deuxième livre, transmis par le codex Vatican latin 1116 (V)15. C’est ce manuscrit que Bernhard Jansen a pris comme témoin de base pour son édition critique des cent dix-huit questions composant ce deuxième livre, mettant à contribution sept autres manuscrits du fonds Borghese contenant tel ou tel ensemble de questions16. Malheureusement, le contenu du premier cahier du cod. Borgh. 85 (B) n’avait pas encore été identifié à l’époque de son travail et n’a donc pas été pris en compte lors de cette édition.

12Une confrontation avec le texte transmis par le témoin B pour les questions 103-108 apporte un résultat saisissant17. Ce cahier, fortement raturé, corrigé, augmenté par des ajouts interlinéaires ou marginaux, offre un texte qui est au final rigoureusement identique, jusque dans l’ordre des mots, à celui du témoin V. Ce dernier présente, dans l’ensemble, des leçons très satisfaisantes et des traces de corrections attentives ; quelques omissions par homéotéleute signalent toutefois son statut de copie. Si V a donc sans doute été directement copié sur un exemplar de l’édition finale des œuvres d’Olivi, il est légitime de supposer que B représente l’autographe à partir duquel cet exemplar aurait été réalisé.

13Un relevé de l’ensemble des ratures et corrections permet d’appuyer cette solution. L’auteur ne s’est pas contenté de modifier son expression au fil de la plume, préférant un mot à un autre, infléchissant en cours de route la construction d’une phrase ou insérant des développements complémentaires. Dans une dizaine de cas, on peut l’observer en train de rayer un mot pour le réécrire ensuite. Il peut certes s’agir d’une forme bien connue d’hésitation qui, après la rature, conduit à revenir au terme initialement choisi. Mais, la plupart du temps, il semble s’agir d’une opération différente. Le mot réécrit est presque toujours moins abrégé et plus lisible que ne l’était le mot rayé18. Cet effort vise donc plutôt à prévenir des possibles erreurs de copie qui auraient pu être causées par des lectures ambiguës. Ce trait suffit à caractériser précisément la nature de ce cahier. Il témoigne de la version de ces questions « mise au propre » par l’auteur afin d’être utilisée par le scribe chargé de copier l’exemplar du deuxième livre de la Summa.

14Dans ce processus, l’intervention de la seconde main repérée par F. Troncarelli remplit une tâche précise. Elle n’apparaît que deux fois, pour insérer dans les marges inférieures des folios 4ro et 5ro des ajouts de plusieurs phrases. Il s’agit, dans l’un et l’autre cas, d’apporter des précisions dans les réponses aux arguments initiaux de la question 10319. Aucune trace de correction n’apparaît ici, ce qui signale bien la différence de statut entre les deux scripteurs. En dépit d’une période de formation graphique apparemment plus ancienne, cette main est assurément celle d’un secrétaire qui transcrit dans les marges du manuscrit, en vue de la copie finale, des ajouts substantiels que l’auteur avait dû rédiger à part, sans doute sur une feuille volante.

15Un autre élément matériel doit encore être relevé. On sait que l’usage du papier se répand dans les régions méridionales de France au cours de la seconde moitié du xiiie siècle, notamment en raison de l’essor de la pratique notariale20. Mais l’utilisation de ce support dans les pratiques d’écriture savante dès cette époque est bien moins documentée. Un autre indice montre qu’Olivi avait depuis longtemps l’habitude de travailler de la sorte. Dans la lettre qu’il adresse à un frère Raymond (sans doute Raymond de Gignac) pour se justifier des accusation portées contre lui, au printemps 1283, il mentionne l’existence de certaines questions que son correspondant ne connaît pas mais dont il lui assure qu’elles se trouvent « dans mes papiers » (in papiris meis)21. L’expression désigne un ensemble de documents personnels, et principalement les versions de ses propres textes sur lesquels l’enseignant travaillait encore. La même lettre montre aussi que d’autres « papiers », contenant des notes prises durant les cours et les disputes, circulaient parmi les étudiants du studium franciscain de Montpellier22. Au vu des manuscrits oliviens datant de cette époque, on comprend que le parchemin servait à transmettre, dans un état plus ou moins corrigé, des collections de textes destinées à l’usage de collègues actifs dans d’autres studia de la région.

16Le dernier aspect que cet autographe permet d’éclairer concerne les textes qu’il transmet. La série De vitiis se compose de vingt questions, souvent fort brèves, la quatorzième étant de loin la plus longue. Le témoin B contient les questions 14 à 19. Un premier cahier d’une taille équivalente aurait suffi à transmettre les treize premières questions, tandis que la dernière aurait pu être transcrite sur une simple feuille volante. Le manuscrit V est l’unique témoin comportant l’ensemble des vingt questions, signe que ces textes n’ont pas connu de diffusion précoce avant la mise en ordre de la Summa. N’étant jamais citée par d’autres textes, et n’en citant aucun, cette série est l’une des très rares dans la production olivienne qui n’offre pas le moindre élément permettant de la situer dans la chronologie relative des travaux de l’auteur.

17En outre, il semble difficile de savoir si cet autographe représente une rédaction qui se serait appuyée sur des notes de cours, ou s’il s’agit au contraire d’une élaboration au fil de la plume qui n’aurait pas de lien immédiat avec un enseignement. Dans cette dernière hypothèse, la première rédaction aurait en même temps été la dernière et serait donc contemporaine de la mise en ordre de la Summa. La série De vitiis aurait alors été destinée à combler une lacune dans l’organisation d’ensemble du deuxième livre.

18À défaut d’une preuve décisive, un élément supplémentaire peut donner du poids à cette solution. L’intitulé initial de la dix-huitième question a été rayé, pour être remplacé par un nouvel énoncé. La formulation primitive se retrouve plus loin, puisqu’elle fournit l’intitulé de la question suivante. Il pourrait bien entendu s’agir d’un simple oubli de la part de l’auteur-copiste, travaillant à partir d’une reportation prise par ses assistants ou ses élèves, qui serait passé par distraction de la q. 17 à la q. 19, avant de se reprendre pour insérer à sa place la q. 18.

19Une telle hypothèse se heurte à un fait qui suffit à l’invalider. En effet, la nouvelle formulation de la question 19 n’est pas strictement identique à celle qui avait été initialement proposée ; elle se trouve en outre redoublée d’une seconde interrogation. De plus, au moment d’écrire cet énoncé, l’auteur a hésité sur le concept principal dont il allait traiter, écrivant d’abord « malum », avant de corriger par « peccatum ». Cette hésitation suggère qu’il a, un instant, envisagé de poursuivre la série dans une autre direction, avant de se raviser pour rédiger la question qu’il avait eu précédemment en tête23.

20Cet indice ne suffit peut-être pas à conclure de façon définitive sur la nature de ces textes. Il confirme du moins, de façon indubitable, que ce premier cahier du codex Borgh. 85 nous permet d’observer le travail d’écriture d’Olivi. Et s’il est permis de tirer une conclusion paléographique de cette démonstration, on peut simplement suggérer que les habitudes graphiques de l’auteur ont évolué en même temps que se transformait la cursive dans les dernières décennies du xiiie siècle.

Haut de page

Notes

1 Anneliese Maier, « Notizie storiche del xiii e xiv secolo da codice borghesiani », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 4, 1950, p. 163-185, repris in Ead., Ausgehendes Mittelater, Roma, 1967, t. 2, p. 35-58.
2 Fabio Troncarelli, « La chiave di David. Profezia e ragione in un manoscritto pseudogiochimita della Biblioteca Nazionale di Roma », Frate Francesco. Rivista di Cultura francescana, 69 (1), 2003, p. 5-55.
3 C’est ainsi qu’il est désigné dans le récit de son décès qui circulait parmi ses admirateurs, transmis par Bernard Gui, Manuel de l’inquisiteur, éd. et trad. par Guillaume Mollat, Paris, Champion, 1926, p. 190-192. Une autre version est publiée par Albanus Heysse, « Descriptio codicis Bibliothecae Laurentaniae Florentinae S. Crucis plut. 31 sin. cod. 3 », Archivum Franciscanum Historicum, 11, 1918, p. 269.
4 La plupart des manuscrits d’Olivi parvenus à la bibliothèque pontificale par le biais de confiscations sont à relier à la première censure de 1282. Aucun codex conservé ne peut être associé avec certitude à des saisies effectuées après le chapitre général de Lyon (1299) qui interdisait de posséder des ouvrages du défunt.
5 Le volume est décrit pour la première fois en 1594, dans le dernier inventaire réalisé à Avignon. Je dois cette information à Étienne Anheim qui prépare une étude de l’histoire des manuscrits du fonds Borghese. L’hypothèse développée ici sur l’histoire du manuscrit est inspirée par ce travail en cours.
6 Documents édités par Aniceto Chiappini, Archivum Franciscanum Historicum, 7, 1914, p. 654-675 ; 8, 1915, p. 56-80.
7 Ces documents, partiellement édités par Franz Ehrle, Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, 3, 1887, p. 449-450, et 4, 1888, p. 52-57, ont été récemment étudiés par Eva L. Wittneben, Bonagratia von Bergamo. Franzikanerjurist und Wortführer seines Ordens im Streit mit Papst Johannes XXII, Leiden-Boston, Brill, 2003.
8 « Papa Ioannes fecit exhumari ossa dicti fratris Petri Ioannis et omnia tam cereas imagines quam pannos per manus simplicium ad eius tumultum deducta Narbonae fecit publice concremari », in Nicolaus Eymerich, Directorium inquisitorum, cum commentariis Francisci Pegne sacre theologiæ ac iuris vtriusque doctoris, Venetiis, Apud Marcum Antonium Zalterium, 1607, p. 313. Cette précision figure dans un passage, présent dans une famille de manuscrits du Directorium, qui n’est pas dû à Eymerich lui-même mais provient d’une source plus proche des événements que l’inquisiteur catalan.
9 J’ai souligné à quel point Bonagrazia de Bergame cherchait au contraire à se dissocier des Spirituels, dans « Bonagrazia de Bergame, auteur des Allegationes sur les articles extraits par Jean XXII de la Lectura super Apocalipsim d’Olivi », in Alvaro Cacciotti & Pacifico Sella, eds, Revirescunt chartae, codices, documenta, textus. Miscellanea investigationum medioevalium in honorem Caesaris Cenci OFM collecta, Roma, Edizioni Antonianum, 2002, vol. 2, p. 1065-1087.
10 Différentes pièces concernant la répression des Spirituels, dont la liste n’a jamais été dressée, sont conservées à l’Archivio Segreto Vaticano.
11 Vatican, ASV, Instr. Misc. 5833, f. 19v, transcrit in Valérie Theis, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (1270-1350), Université Lyon-II, 2005, p. 999-1035. La section qui nous intéresse figure p. 1004 : Techarum contenta | i. theologie scripture parvi valore lxxix | ii. Hereticorum et rebellium scripture lxxx | iii. Multiplices littere bullate et bullande lxxxi | iv. Iidem (sic) ut proxime lxxxii | v. recepte et expense Johannis et Benedicti lxxxiii | vi. Sacculi designati de scripturis lxxxiiii | vii. Scripture quedam inutiles de Narbona lxxxv | viii. Varie scripture modice utilitate lxxxvi | ix. recepte et expense Johannis lxxxvii | x. Vetustes et inutiles scripture lxxxviii | xi. Contra Bavarum Mediolanum et antipapam lxxxix | xii. Bulle multe Nicholai Johannis et Benedicti xc | xiii. Bulle multe Johannis xci. Les thecae ne sont pas des coffres, mais il est difficile de saisir la forme exacte de ces contenants (casiers, boîtes ou étagères). La double numérotation indique un effort de reclassement des fonds qui s’est avéré fort complexe et au terme duquel les contenus d’un certain nombre de thecae ont visiblement été rassemblés. Je suis infiniment reconnaissant à Valérie Theis et Étienne Anheim de m’avoir signalé ce document passionnant.
12 Une hypothèse plus fragile encore inciterait à voir la trace des écrits d’Olivi qu’Ubertin de Casale dit avoir remis au maître du sacré palais à la demande de Clément V : « Dicta fratris P. de predicti articulis de quibus supra fit mentio tradidimus complete magistro sacri palatii pro se et pro aliis duobus magistris ut videant et examinent, sicut vestra sanctitats ordinaverit », Ubertin de Casale, Sanctitati apostolice, éd. par Franz Ehrle, Archiv für Litteratur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, 2, 1886, p. 416.
13 Cf. Sylvain Piron, « Les œuvres perdues d’Olivi : essai de reconstitution », Archivum Franciscanum Historicum, 91, 1998, p. 359-361.
14 Voir mes remarques à propos des deux versions dans lesquelles est transmise la fameuse « Lettre à R. », Archivum Franciscanum Historicum, 91, 1998, p. 38 et 44.
15 Victorin Doucet a montré que le quatrième livre se retrouvait très largement dans le manuscrit B.A.V. Vat. lat. 4986, in « De operibus manuscriptis fr. Petri Ioannis Olivi in bibliotheca universitatis Patavine asservatis », Archivum Franciscanum Historicum, 28, 1935, p. 410-415. Cet examen a été poursuivi par Pietro Maranesi, « Il IV libro della Summa quaestionum di Pietro di Giovanni Olivi. Un’ipotesi di soluzione », Archivum Franciscanum Historicum, 95, 2002, p. 53-92. On a confirmation de la présence des Quaestiones de perfectione evangelica au sein de ce quatrième livre par Jean de Roquetaillade, qui situe en effet « in quarto libro Summe » la question sur le vœu d’obéissance, in Liber ostensor quod adesse festinant tempora, édition critique sous la direction d’André Vauchez, par Clémence Thévenaz Modestin et Christine Morerod-Fattebert, avec la collaboration de Marie-Henriette Jullien de Pommerol, Rome, École française de Rome, 2005, p. 659, § 157. Les éditeurs ne signalent pas que cette question a été publiée par Gedeon Gál et David Flood dans Peter of John Olivi on the Bible. Principia quinque in Sacram Scripturam. Postilla in Isaiam et in I ad Corinthios, St Bonaventure (N. Y.), Franciscan Institute Publications, 1997, p. 373-406.
16 Petrus Johannis Olivi, Quaestiones in secundum librum Sententiarum, éd. par Bernhard Jansen, Quaracchi, 1922-1926, 3 vol. (« Bibliotheca franciscana Medii Aevi », IV-VI). Les questions 103-108 figurent dans le vol. 3, p. 232-256.
17 Je n’ai effectué qu’une unique collation en un temps limité ; il est possible que certaines discordances de détail m’aient échappé. On peut noter quelques variantes orthographiques : capud, peccunia, subpositum.
18 B, fol. 1r (Jansen ed., p. 233, lin. 28) : concupisc<ent>ie réécrit concupiscentie ; fol. 1v (p. 234, lin. 36) p<o>t<esta>tem réécrit potestatem ; (p. 235, lin. 5) s<u>bi<e>c<it> réécrit s<u>biecit ; fol. 4r (p. 240, lin. 8) s<um>i réécrit sumi, etc.
19 Ces ajouts concernent les réponses au deuxième argument (p. 240, lin. 18-30 ; la version initiale s’achevait sur une référence à la citation d’Augustin ; cette référence est reformulée, et suivie d’une nouvelle explication) et au huitième (p. 242, lin. 12-18 ; il s’agit cette fois d’insérer une distinction préliminaire).
20 Franck Bréchon, « Autour du notariat et des nouvelles pratiques de l’écrit dans les régions méridionales aux xiie et xiiie siècles », in Danièle Alexandre-Bidon & Pierre Guichard, eds, Comprendre le xiiie siècle. Études offertes à Marie-Thérèse Lorcin, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1995, p. 161-172.
21 Archivum Franciscanum Historicum, 91, 1998, p. 60, lin. 298.
22 Ibid., p. 51, lin. 118 : « Et credo quod adhuc inveniretur in papiris aut scedulis », à propos d’une reportation de questions disputées.
23 B, fol. 10v « an omne peccatum sit pena sui ipsius vel alterius peccati. Et videtur quod sic », rayé, remplacé par « utrum peccatum in quantum malum possit ab aliquo intendi vel appeti » ; fol. 11r : « utrum malum peccatum sit pena sui ipsius et ultra hoc aliquando alterius peccati et an, in quantum habet rationem pene, sit a deo plus quam in quantum habet rationem culpe. Dicendum quod sic… ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Piron, « Autour d’un autographe (Borgh. 85, fol. 1-11) », Oliviana [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 27 juin 2006, consulté le 23 avril 2017. URL : http://oliviana.revues.org/40

Haut de page

Auteur

Sylvain Piron

École des hautes études en sciences sociales, Paris.
Groupe d’anthropologie scolastique 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • Les cahiers de Revues.org