Navigation – Plan du site

Éditorial

Ce troisième numéro d’Oliviana est principalement consacré à la présentation d’un important traité de Jean de Roquetaillade, totalement inconnu à ce jour. Cette œuvre convient admirablement aux thèmes de la revue puisqu’il s’agit d’une défense de certaines propositions issues de la Lectura super Apocalipsim de Pierre de Jean Olivi. La rubrique sous laquelle sont rangées les contributions à ce dossier suffit à expliquer de quelle façon le manuscrit contenant ce traité a fait surface. À la suite de l’identification du texte, en juin 2008, une équipe internationale s’est constituée pour en préparer l’édition critique, sous la direction de Christine Morerod-Fattebert et Sylvain Piron. En font notamment partie Katelyn Mesler et Jean-Baptiste Lebigue, qui présentent ici chacun un chapitre dont ils prennent en charge l’édition. Robert Lerner, conseiller émérite de l’entreprise, livre ses premières impressions sur ce traité. Christine Morerod-Fattebert a activement contribué à la révision et à la mise au point des articles de ce dossier. Courtney Kneupper et Lora Walsh participent également au projet d’édition.

Nous aurions souhaité pouvoir publier ce numéro en décembre 2008, afin de maintenir le rythme de parution, paresseux mais ponctuel, d’un numéro tous les deux ans et demi. Les circonstances n’ont pas permis de tenir ce délai. En outre, la parution a été volontairement suspendue pendant deux mois, en solidarité avec le mouvement de protestation des universités françaises, hostiles aux projets actuels de destruction du service public d’enseignement supérieur et de recherche. Bien que le gouvernement demeure sourd face aux revendications exprimées par la communauté universitaire, il nous a semblé qu’il était temps de publier ces travaux, en raison de leur actualité. La présentation des moyens par lesquels Jean de Roquetaillade, emprisonné à Avignon au milieu du xive siècle, a su défendre avec intelligence ses convictions, peut en effet se lire comme un éloge de la dissidence et de la liberté intellectuelle.

Nota Bene

Cette recherche n’a pas été financée par l’ANR.

Oliviana refuse de figurer dans quelque classement de revues que ce soit, de l’AERES ou ERIH, dans lesquels, du reste, personne n’aurait jamais l’idée de l’inscrire.

  • Logo CRH
  • Les cahiers de Revues.org