Navigation – Plan du site
Le manuscrit trouvé dans l’armoire

Les préfigurations bibliques de saint François

Exégèse scripturaire de Jean de Roquetaillade dans le sixième traité du Sexdequiloquium
Jean-Baptiste Lebigue

Texte intégral

  • 1  Je remercie très vivement Sylvain Piron pour les nombreuses améliorations et corrections qu’il a a (...)
  • 2  Sexdequiloquium, fol. 87v (vi) : « queritur utrum sit erroneum dicere quod beatus Franciscus fuit (...)

1Exceptionnellement développée dans le sixième traité du Sexdequiloquium, la troisième considération présente un long parcours biblique où les principaux personnages de l’Ancien et du Nouveau Testament, y compris le Christ, sont montrés comme des préfigurations annonçant saint François et les péripéties qui agitent l’ordre des frères mineurs1. Jean de Roquetaillade y use d’une typologie rudimentaire qui, à première vue, relèverait plus des mérites comparés que d’une véritable méthode exégétique. Cet impressionnant monument d’interprétation systématique et cumulative vient étayer la proposition suivante, extraite du Commentaire de l’Apocalypse de Pierre de Jean Olivi, à savoir que « François fut le révélateur de la vie évangélique et, après le Christ et la Vierge, celui qui l’a le plus hautement observée2 » : il en fut le révélateur et un des plus excellents observateurs, parce qu’en lui se trouve la corrélation de caractères évangéliques observés à la fois chez les patriarches, les juges, les prophètes, le Christ, saint Jean Baptiste, saint Paul et tous les autres saints en général. C’est le sens du similius dans la phrase introduisant la typologie vétéro-testamentaire de François :

  • 3  Sexdequiloquium, fol. 92r (vi.3.2). Secunda veritas est quod sanctissimus pater noster Franciscus (...)

La seconde vérité est que notre très saint père François fut, dans ses actes mirifiques, fort semblable aux plus grands saints de l’Ancien Testament3.

  • 4  Ce terme de « pratique » (praxis), crucial dans l’argumentation de Jean de Roquetaillade, revient (...)

2Cette réserve, exprimée à plusieurs reprises, doit préserver le lecteur du contresens que pourrait susciter l’aspect cumulatif de l’exposé exégétique. François est superlativement évangélique non par addition des saintetés antérieures, mais pour avoir manifesté par la pratique4, de manière plus éclatante, sinon plus large que les autres, le caractère d’une vie évangélique à laquelle tous participent.

  • 5  Cf. Sexdequiloquium, fol. 87v-88r (vi.1).
  • 6  Cf. Sexdequiloquium, fol. 90r (vi.2.4) : « Gradus enim quidem ita ordinati atque distincti sunt ut (...)
  • 7  Cf. Sexdequiloquium, fol. 90v (vi.2.4) : « Hec autem actualis perfectio duplici ratione subsistit. (...)

3Ainsi, Jean de Roquetaillade ne contrevient pas directement à l’argumentation de François de Meyronnes, reproduite, comme dans la plupart des autres traités, dans la première des quatre considérations. D’après celui-ci, la prééminence de saint Jean Baptiste, de saint Pierre, prince des apôtres, et de saint Paul, docteur des nations, ne peut être attaquée : la supériorité de François n’infirme pas la leur, puisqu’elle est fondée sur le privilège particulier de la pauvreté5. Mais cette distinction entre des excellences qualitatives échappant ainsi à une comparaison réciproque n’est pas la pensée que cherche à défendre Jean de Roquetaillade, dont la position est exprimée dans la seconde considération, reprise et confirmée dans la quatrième et dernière du traité. La révélation de la vie évangélique n’est pas réductible au témoignage de l’Écriture sainte, à l’enseignement de l’Église, ni même à la vie du Christ telle que la rapportent les Évangiles : c’est un absolu dépassant toute définition scripturaire, théologique ou théorique, parfaitement accompli par le Christ, mais non entièrement dévoilé par lui. S’appuyant sur les citations que Jean Cassien, dans sa quatorzième Collation, faitde l’abbé Nesteros, Jean de Roquetaillade assimile la révélation de la vie évangélique aux degrés permettant de monter de l’humilité humaine à la plus haute élévation (ad sublime)6. Mais à aucun moment l’auteur ne se risque à définir la « vie évangélique » elle-même : sa « moelle » (medulla) reste indicible, elle se situe superlativement au-delà d’une progression spirituelle. Accessible par la théorie telle qu’on la voit exposée dans les « dix règles » de Nesteros, elle ne s’acquiert et ne se révèle que dans la pratique : celle de la connaissance des vices et de leur guérison, et celle du discernement de l’ordre des vertus7.

4Par cette utilisation assez habile d’une échelle de perfectionnement, dont l’aboutissement et le sommet ne sont pas désignés explicitement justement parce qu’ils demeurent ineffables, Jean de Roquetaillade fonde la connaissance humaine de la vie évangélique sur l’exemplarité du Christ et des saints, à laquelle il se propose de comparer celle de François et de ses « vrais fils ». Il ne se donne pas la peine de relier les « dix règles » de Nesteros avec des épisodes de la vie de François. Sa seconde considération visait avant tout à justifier la légitimité de son exégèse biblique et hagiographique : François sera le révélateur de la vie évangélique si sa pratique correspond à celles des saints et du Christ qui l’ont précédé. Sa sainteté en est, pour ainsi dire, une connexion exceptionnellement riche.

5Une fois posées ces bases, la démonstration peut prendre un tour plus expéditif. La mécanique de l’énumération en articles de quelques lignes chacun est déroutante après la longue et subtile chaîne argumentaire qui l’a amenée. Les principaux personnages bibliques sont passés en revue l’un après l’autre. Pour chacun d’entre eux, une sélection d’épisodes est mise en correspondance avec la vie ou des caractéristiques de saint François, parfois au prix d’astuces rhétoriques. Prenons par exemple les trois premiers points de concordance avec Adam :

  • 8  Sexdequiloquium, fol. 92r (vi.3.2.1.1-3) : « Primo, quia sicut Adam factus est sexto die [cf. Gen. (...)

– Premièrement, de même qu’Adam a été fait le sixième jour ; de même notre père François a été envoyé dans le monde au sixième âge, [celui de] l’Église.
– Deuxièmement, de même qu’Adam a été fait à l’image et à la ressemblance de Dieu ; de même, autant qu’il est permis de le dire, François, notre père séraphique, a vécu à l’image et à la ressemblance de la vie du Christ, comme on le verra plus loin.
– Troisièmement, de même qu’Ève a été tirée d’Adam et faite à partir de lui ; de même sainte Claire, notre mère, a été formée par la main du Dieu puissant à partir de la perfection de François8.

6Jean de Roquetaillade élargit souvent le propos initial en substituant à saint François l’ordre franciscain, persécuté en la personne des spirituels, ses « vrais fils » :

  • 9  Sexdequiloquium, fol. 95r (vi.3.2.6.5) : « […] sicut Ismael bellicosus tunc persequabatur Ysac, qu (...)

[…] de même qu’Ismaël le belliqueux persécutait alors Isaac ; de même maintenant de nombreux Égyptiens Ismaélites parmi les clercs belliqueux pleins d’enflure persécutent les observants spirituels et vrais de la Règle. Mais que dit l’Écriture : mets dehors la servante et son fils ! En effet, le fils de la servante ne sera pas héritier avec le fils [Gal. 4, 30] ; de même, les persécuteurs orgueilleux et réprouvés seront chassés par l’Église et l’Ordre9.

7Il ne s’agit plus seulement d’établir la prééminence du saint, mais d’inscrire l’avènement de la vie évangélique dans un cadre d’interprétation historique, celui de l’avènement du troisième âge, où les frères mineurs prolongent et développent le rôle central de leur fondateur. Jean de Roquetaillade combine ainsi les ressorts allégorique et anagogique de l’exégèse biblique, qui procurent à son énumération la sensation d’une lecture suivie des Écritures en multipliant les points d’ancrage.

  • 10  Sans que l’auteur s’en explique, c’est principalement l’évangile de Matthieu auquel il se réfère, (...)

8Après les patriarches, les juges, les rois et les prophètes, une place plus large est faite au Christ, comparé à François selon cent trente conditions10. Comme annoncé dans la deuxième considération, la référence n’est pas ce que le témoignage des Évangiles nous apprend du Sauveur, mais la vie évangélique, ineffable, dont il est évidemment le révélateur majeur, mais non le seul. Le danger de ce glissement d’un modèle christique unique à une perfection évangélique transcendante, diffuse, et plus seulement imitative, serait de réduire la venue du Christ à un simple sommet de l’histoire du salut, à une exemplarité suréminente, mais qui ne se distinguerait pas fondamentalement de celle des saints vétéro-testamentaires. Pour autant, l’Incarnation divine et l’accomplissement de la Loi ne sont pas niés par Jean de Roquetaillade ; ils n’ont pas de place dans l’économie de sa démonstration, puisqu’elle n’est pas christocentrique comme l’exégèse scripturaire traditionnelle.

  • 11  À noter que le cas de la Vierge, pourtant mentionnée dans la question initiale du sixième traité, (...)
  • 12  Cf. Sexdequiloquium, fol. 122r-122v (vi.3.7).

9Quant aux saints du temps de la grâce, seuls figurent dans le traité Jean Baptiste, Jean l’évangéliste, Pierre et Paul11. Le premier est annexé au développement consacré au Christ, à l’endroit où le Précurseur est mentionné dans l’évangile de Matthieu. Les trois autres justifient le commentaire de passages de l’évangile de Jean sans équivalent dans les synoptiques, de quelques versets de l’Apocalypse et des Épîtres. En toute logique, l’hagiographie non biblique aurait pu être également abordée ensuite. Jean de Roquetaillade, arguant de la taille forcément restreinte de l’ouvrage, affirme l’inutilité d’une telle comparaison, en effet superfétatoire après l’évocation de saints « majeurs ». Un développement dans ce sens a aussi été entravé, d’après lui, par le fait qu’on ne lui a laissé qu’une bible sous la main pendant sa captivité12.

  • 13  Sans équivoque quant à leur identification, citées avec exactitude quand il s’agit de pièces litur (...)
  • 14  Cf. Sexdequiloquium, fol. 107r (vi.3.3.13).
  • 15  Cf. Sexdequiloquium, fol. 96v (vi.3.1.8.7).

10Cette absence de sources à sa disposition explique l’extrême difficulté que donne l’identification des sources citées de mémoire comme témoignage de la vie de François. Certes, les références à la Règle, aux Admonitiones, à l’office, à la prose Caput draconis, à la Vie de saint Dominique (dans la Légende dorée), ou aux décrétales Exiit qui seminat et Exivi de paradiso sont sans équivoque13. Quand Jean de Roquetaillade renvoie à la Vita, il s’agit en général de la Legenda maior, même si ses citations approximatives ne permettent pas toujours d’en être sûr.En revanche, le titre de Legenda vetus couvre plusieurs textes, parmi lesquels on repère, entre autres, les Actus, par exemple lorsque est mentionné l’épisode du loup de Gubbio14, et de la Légende des trois compagnons quand l’auteur rappelle que François reçut d’abord de sa mère le nom de Jean15. Mais ces difficultés d’identification ont un revers propre à soulever l’enthousiasme de l’historien : elles révèlent, par leur degré d’approximation ou d’extrapolationce que la mémoire et l’inconscient d’un franciscain spirituel du xive siècle retiennent de la personne de saint François.

Haut de page

Notes

1  Je remercie très vivement Sylvain Piron pour les nombreuses améliorations et corrections qu’il a apportées à ces quelques pages.

2  Sexdequiloquium, fol. 87v (vi) : « queritur utrum sit erroneum dicere quod beatus Franciscus fuit euvangelice revelator et summus, post Christum et eius matrem, observator ».

3  Sexdequiloquium, fol. 92r (vi.3.2). Secunda veritas est quod sanctissimus pater noster Franciscus fuit maximis sanctis Veteris Testamenti in actibus mirificis similius.

4  Ce terme de « pratique » (praxis), crucial dans l’argumentation de Jean de Roquetaillade, revient à cinq reprises dans le sixième traité, cf. Sexdequiloquium, fol. 89-90v (vi.2.2 et vi.2.4).

5  Cf. Sexdequiloquium, fol. 87v-88r (vi.1).

6  Cf. Sexdequiloquium, fol. 90r (vi.2.4) : « Gradus enim quidem ita ordinati atque distincti sunt ut humana humilitas possit ad sublime ascendere », cf. Jean Cassien, Collationes, coll. XIV, cap. ii-iii, p. 399 (éd. M. Petzchenig, CSEL 13).

7  Cf. Sexdequiloquium, fol. 90v (vi.2.4) : « Hec autem actualis perfectio duplici ratione subsistit. Nam primus eius est modus ut omnium natura viciorum et curationis ratio cognoscatur ; secundus, ut ita discernatur ordo virtutum ut earum perfectione mens nostra formetur [cf. Jean Cassien, ibid.]. Constat autem quod ipse pater noster [Franciscus] istos duos modos praxis euvangelice vite tam ipse quam veri eius filii servaverunt per opus. »

8  Sexdequiloquium, fol. 92r (vi.3.2.1.1-3) : « Primo, quia sicut Adam factus est sexto die [cf. Gen. 1, 26-28] ; ita pater noster Franciscus sexta etate Ecclesie fuit missus in mundo. – Secundo, quia sicut Adam factus est ad ymaginem et similitudinem Dei [cf. Gen. 1, 26] ; ita, quantum fas est, pater noster seraphicus Franciscus vixit ad ymaginem et similitudinem vite Christi, sicut inferius distinguetur. – Tertio, quia sicut Eva assumpta et facta est de Adam [cf. Gen. 2, 21-22] ; ita sancta Clara mater nostra per manum potentis Dei formata est de perfectione Francisci. »

9  Sexdequiloquium, fol. 95r (vi.3.2.6.5) : « […] sicut Ismael bellicosus tunc persequabatur Ysac, qui secundum spiritum natus erat ; ita et nunc egiptii Hismaelite multi ex inflatis bellicosis clericis spirituales et veros Regule observatores sancti Francisci filios persequntur. Sed quid dicit Scriptura : Eice ancillam et filium ejus ? Non enim erit heres filius ancille cum filio [Gal. 4, 30] ; ita et ab Ecclesia et Ordine superbi persequtores et reprobi expellentur. »

10  Sans que l’auteur s’en explique, c’est principalement l’évangile de Matthieu auquel il se réfère, probablement parce qu’il est le plus détaillé des synoptiques.

11  À noter que le cas de la Vierge, pourtant mentionnée dans la question initiale du sixième traité, n’est évoqué nulle part.

12  Cf. Sexdequiloquium, fol. 122r-122v (vi.3.7).

13  Sans équivoque quant à leur identification, citées avec exactitude quand il s’agit de pièces liturgiques ou de la Règle, ces sources sont parfois déformées par l’exaltation de Jean de Roquetaillade. Par exemple cette soixantième condition de la conformité de François au Christ prête à la bulle Exiit qui seminat un ton et une portée sotériologique qui lui sont étrangers. Sexdequiloquium, fol. 112v (vi.3.3.60) : « Sexagesimo, quia sicut Christus Mathei capitulo xiii proponit parabolam de semine dicens : Exiit qui seminat, seminare semen suum [Matth. 13, 3] ; ita dominus papa Nicholaus tertius, in sua Decretali que incipit Exiit qui seminat, de beato Francisco et Regula et Ordine affirmat quod est terra bona in qua cecidit verbum Euvangelii eterni, et ortum fecit fructum centesimum et in sanctis filiis et filiabus non cessabit semen Regule fructifficare usque ad finem orbis. »

14  Cf. Sexdequiloquium, fol. 107r (vi.3.3.13).

15  Cf. Sexdequiloquium, fol. 96v (vi.3.1.8.7).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Lebigue, « Les préfigurations bibliques de saint François », Oliviana [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 29 août 2014. URL : http://oliviana.revues.org/333

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Lebigue

Institut de recherche et d’histoire des textes, Orléans.

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • Les cahiers de Revues.org