Navigation – Plan du site
Le manuscrit trouvé dans l’armoire

Examen paléographique du manuscrit lorrain

Denis Muzerelle

Texte intégral

1Après de nombreuses confrontations avec les catalogues de manuscrits datés, le diagnostic concernant la date du manuscrit peut être fixé de façon certaine au milieu ou dans le troisième quart du xve siècle.

2L’origine est plus problématique. On peut la qualifier de « méridionale » – en entendant par là une zone assez floue qui englobe notamment la basse vallée du Rhône et l’Italie du Nord – si l’on se fonde sur le style des lettres filigranées et les caractères codicologiques (sans doute parchemin de chèvre, très probablement réglé à la planche d’après le premier feuillet du cahier 22).

  • 1  Albert Derolez, The Palaeography of Gothic Manuscript Books, from the twelfth to the early sixteen (...)
  • 2  François Masai, Martin Wittek, dir., Manuscrits datés conservés en Belgique, t. 3, 1441-1460, Manu (...)
  • 3  Charles Samaran, Robert Marichal, dir., Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des in (...)

3Mais la main n’est certainement pas de cette région : c’est une main du Nord de la France, ou plus probablement flamande. La lettre « g » constitue à cet égard un critère indiscutable: elle est du type qu’A. Derolez décrit comme « the typically French “g” with its tail curving to the right »1. Les exemples qu’il en cite pourraient induire en erreur, attendu qu’ils sont tous très précoces (1390, 1403). Mais on en trouve à profusion dans les manuscrits des Pays-Bas bourguignons dans la période que j’ai dite: cf. Manuscrits datés de Belgique, t. III, pl. 500 (1448), 547-549 (1450), 662 (1455/56), et IV, pl. 729 (1463), 741 (même date)2. Voir aussi le manuscrit 4798 de la Bibliothèque l’Arsenal (1460, même région)3.

  • 4  Teresa De Robertis, Rosanna Miriello, I Manoscritti datati della Biblioteca Riccardiana di Firenze (...)

4On peut aller plus loin en examinant la souscription, et notamment le « M » majuscule qui peut induire des lectures erronées. Or cette forme de « M » est tout à fait caractéristique des écritures italiennes, et plus spécialement du type appelé « mercantesca », principalement pratiqué à cette époque à Florence et à Sienne. On peut voir un très bel exemple de ce type d’écriture, avec cette forme de « M », dans le manuscrit 1309 de la bibliothèque Riccardiana ([Florence], 1458)4, mais ce n’est qu’un exemple parmi une foule d’autres. Je suis donc maintenant convaincu que ce manuscrit est l’œuvre d’un copiste flamand travaillant en Italie (sans doute en Toscane), qui a conservé les caractères propres de son écriture, mais a emprunté les formes de ses majuscules au répertoire local.

5La contradiction entre les diagnostics codicologique et paléographique n’est donc qu’apparente : la circulation des clercs suffit pour l’expliquer. La présence de graphies italianisantes (redoublement de consonnes) remonte très certainement au modèle. Paléographiquement, l’écriture appartient à la famille des hybrides. Elle est extrêmement soignée et dénote un copiste compétent.
   

Sexdequiloquium, fol. 233r

Sexdequiloquium, fol. 233r
Haut de page

Notes

1  Albert Derolez, The Palaeography of Gothic Manuscript Books, from the twelfth to the early sixteenth century, Cambridge, CUP, 2003, p. 146-147, et fig. n° 35.

2  François Masai, Martin Wittek, dir., Manuscrits datés conservés en Belgique, t. 3, 1441-1460, Manuscrits conservés à la Bibliothèque royale Albert Ier, Bruxelles, Bruxelles-Gand, E. Story-Scientia, 1978 ; t. 4, 1461-1480, Manuscrits conservés à la Bibliothèque royale Albert Ier, Bruxelles, Bruxelles-Gand, E. Story-Scientia, 1982.

3  Charles Samaran, Robert Marichal, dir., Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. 1, Paris, CNRS, 1959, p. 171 et pl. CXVIII.

4  Teresa De Robertis, Rosanna Miriello, I Manoscritti datati della Biblioteca Riccardiana di Firenze. II Mss. 1001-1400, Firenze, SISMEL, Ed. del Galluzzo (« Manoscritti datati d’Italia », 3), 1999, n° 56, p. 31-32 et pl. LVI.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sexdequiloquium, fol. 233r
URL http://oliviana.revues.org/docannexe/image/328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Muzerelle, « Examen paléographique du manuscrit lorrain », Oliviana [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://oliviana.revues.org/328

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • Les cahiers de Revues.org