Navigation – Plan du site
Baluze et les Spirituels

Un cahier de travail de l’inquisiteur Jean de Beaune

Sylvain Piron

Texte intégral

1Dans le premier volume de ses Miscellanea, paru en 1678, Étienne Baluze a publié un long ensemble de documents relatifs à la condamnation et la persécution des Spirituels et béguins de Languedoc1. Cette publication constitue toujours une voie d’accès majeure pour aborder l’une des plus importantes dissidences religieuses du xive siècle. On peut se demander s’il n’entrait pas, de la part de l’érudit, une part de sympathie à l’égard de ce mouvement. Toutefois, l’oubli total dans lequel était tombée l’histoire des Spirituels, occultée par une répression particulièrement intense et sévère, aurait suffi à exciter l’intérêt d’un historien curieux de tout, et notamment de ce qui avait trait à la papauté avignonnaise.

2Cette note se propose d’identifier les manuscrits employés par Baluze à cette occasion. La partie la plus substantielle du dossier qu’il a réuni provient, comme il l’indique, d’un « ancien manuscrit de l’inquisition de Carcassonne » qui a été détruit depuis lors. On montrera qu’il s’agissait d’un volume confectionné par l’inquisiteur dominicain Jean de Beaune, pour les besoins de son office, autour de 1320. Ce résultat permettra en retour de mieux comprendre la nature et l’origine des documents qui y ont été réunis et d’apporter de la sorte quelques lumières sur les premières procédures inquisitoriales menées contre ces groupes languedociens.

Un « ancien manuscrit de l’inquisition de Carcassonne »

3Le manuscrit en question a pu être identifié par Yves Dossat, lors de sa reconstitution des archives des inquisitions de Toulouse et de Carcassonne2. Une description physique, réalisée à l’occasion des copies effectuées dans ces mêmes archives, « par l’ordre et en présence de Messire Jean de Doat, conseiller du roi notre sire », en octobre 1669, le présente ainsi : « Livre composé de divers cahiers et pièces singulières, partie en papier et partie en parchemin, le tout couvert d’un parchemin, coté de lettres CCC »3. L’inventaire effectué lors du transfert de ce fonds de Carcassonne à Montpellier, après la mort du dernier inquisiteur, au début du xviiie siècle, décrit ce même volume dans les termes suivants : « Livre contenant pluseurs bulles des papes Jean et Boniface concernant l’office de l’inquisiteur et lettres de l’an 1320 dressées aux inquisiteurs pour faire enqueste contre ceux qui invoquoint les demons, les adoroint et leur faisoint homage, et qui se servoint des sacremens de l’Eglise pour faire des sortileges et malefices, dans lequel Livre il y a deux actes de saint Dominique portant absolution en faveur de deux hérétiques qui avoint fait abjuration »4. Le principal document mentionné par cette analyse est une lettre du cardinal dominicain Guillaume de Peyre Godin, envoyée aux inquisiteurs de Toulouse et de Carcassonne peu avant la fameuse consultation demandée par Jean XXII sur la magie5. Il est possible que Jean de Beaune ait conservé dans ce recueil l’original de la lettre qui aurait ainsi été l’une de ces « pièces singulières » mentionnée dans la première description. Ce document ne figure pas au nombre de ceux qui ont été copiés par les notaires de la commission Doat, dont la liste a été établie par Yves Dossat. Outre les deux lettres de saint Dominique, ont été tirées de ce recueil quatorze bulles concernant l’inquisition ou les juifs, de Grégoire IX à Jean XXII, et deux lettres royales de Philippe IV et Charles IV. Ce dernier document, daté du 18 décembre 1322, est celui qui porte la date la plus récente ; il suggère déjà que le recueil a dû être constitué à l’époque où Jean de Beaune était inquisiteur (de 1316 à 1324).

4Parmi les documents concernant la répression des Spirituels, Dossat ne signale la présence que de la seule Littera magistrorum, rapport de la commission des huit maîtres qui avaient examiné en 1318 une série d’extraits de la Lectura super Apocalypsim d’Olivi et avaient jugé soixante articles hérétiques ou erronés6. Pourtant, ce n’est pas cette seule Littera, mais bien le même ensemble que celui publié par Baluze en 1678 qui avait été copié neuf ans plus tôt par le greffier Gratian Capot7. Ces deux témoignages convergents permettront de dessiner assez précisément l’allure de cette partie du livre CCC.

Trois documents préliminaires

5Avant d’entrer dans l’examen de ces textes, il faut revenir sur la composition du dossier savamment agencé par Baluze. L’ensemble qui nous intéresse est précédé de trois autres documents, classés par ordre chronologique, destinés à illustrer les premières phases de la condamnation des Spirituels franciscains et des béguins de Languedoc. Le premier est la lettre par laquelle, le 6 novembre 1317, Jean XXII confirme par écrit à Michel Lemoine, inquisiteur franciscain de Provence, les instructions données de vive voix afin qu’il ait pleine autorité pour mener les poursuites contre vingt-cinq frères mineurs nommément cités, sans limitation territoriale ou temporelle8. Ces frères étaient ceux qui, après avoir été interrogés à ce propos par leur ministre général, Michel de Césène, refusaient encore d’obéir à la bulle Quorundam exigit du 7 octobre précédent. Cette lettre, Super omnia desiderabilia, a elle aussi été éditée à partir d’un « ancien manuscrit de l’inquisition de Carcassonne ». Il est compréhensible que l’inquisiteur de Carcassonne ait reçu après coup, pour information, une copie de ce courrier qui attribuait à l’inquisiteur de Provence une compétence universelle dans une affaire concernant des franciscains de Languedoc. Le plus probable serait que Jean de Beaune l’ait rangée aux côtés d’autres documents portant sur le même sujet, dans le livre CCC, mais rien ne permet de l’assurer.

Un manuscrit de la procuration de l’ordre franciscain

6La pièce suivante publiée dans les Miscellanea est la fameuse sentence prononcée à Marseille par le même inquisiteur, Michel Lemoine, le 7 mai 1318, dans le cimetière de Notre-Dame des Accoules9. Baluze indique avoir publié cette sentence à partir d’un « ancien manuscrit de la bibliothèque de Colbert ». Le texte de cette sentence se trouve en effet dans le cod. Paris, BNF, lat. 4350, aux folios 48r-53r. Ce manuscrit a été utilisé et décrit sommairement pour la première fois par Franz Ehrle10. Il est composé de différents cahiers de papier de la première moitié du xive siècle qui ont été réunis et reliés ensemble au moment où Colbert en a pris possession. La seconde partie du codex contient une série de documents émis par Boniface VIII et Benoît XI en 1303-130411.

7La première partie du volume constitue un très riche dossier relatif à l’hérésie et la persécution des Spirituels. Elle s’ouvre précisément par Sol ortus, le célèbre catalogue des documents retraçant l’histoire de ces « sectes » et de leur répression, dressé en 1318, peu après le bûcher de Marseille, par le procureur de l’ordre franciscain, Raymond de Fronsac. Le texte d’introduction est dédié à Jean XXII, décrit comme un soleil levant dissipant les ténèbres des rebelles12. Sol ortus est pour l’essentiel une présentation triomphale des archives de la procuration de l’ordre, mises en ordre pour être offertes au souverain pontife afin de célébrer l’anéantissement de cette « secte » pernicieuse. Le manuscrit parisien offre une version fragmentaire de ce dossier, puisqu’il ne contient qu’une dizaine des pièces mentionnées dans le catalogue. On y trouve en premier lieu un mémoire de Raymond de Fronsac, encore inédit à ce jour, résumant les argumentations tenues par la communauté de l’ordre et ses adversaires devant Clément V13. Viennent ensuite les bulles prises à l’issue du concile14, une lettre signée par trois cardinaux, datée du 22 avril 1317, appelant les frères du couvent de Narbonne à l’obéissance15, la bulle Quorundam exigit du 7 octobre 1317 suivie de l’interrogatoire d’une vingtaine de frères mené par Michel de Césène au cours du même mois16, et enfin la sentence prononcée par Michel Lemoine en mai 1318. Les derniers documents concernent les spirituels italiens réfugiés en Sicile. Ils sont suivis des bulles Gloriosam ecclesiam (23 janvier 1318) et Sancta romana (30 décembre 1317) qui visaient précisément ces fugitifs17. Il paraît très probable que ces cahiers proviennent, de façon plus ou moins directe, des archives de la procuration de l’ordre franciscain.

8Pour en revenir au dossier publié par Baluze, le troisième document qui y figure a pour sa part été tiré des archives de l’archevêché de Narbonne. Ces archives ont été dispersées lors de la Révolution française et l’original est donc irrémédiablement perdu. Ce document témoigne de la première condamnation de béguins prononcée en Languedoc, par Jean de Beaune. Il ne s’agit pas cette fois de la sentence de l’inquisiteur, mais du procès-verbal de son exécution, le 14 octobre 1319, dans le cimetière de l’église Saint-Félix de Narbonne, l’archevêque et l’inquisiteur remettant les trois condamnés au bras séculier, en la personne de Jean de Forez, réformateur général de Languedoc18. En retenant ce document, Baluze a pu partiellement compenser la perte du registre contenant les premières sentences de Jean de Beaune, avant celles rendues à Lodève en juillet 132319. Seul le dossier de travail contenu dans le volume CCC peut renseigner sur l’activité de l’inquisiteur au cours des années précédentes, ce qui rend son témoignage plus précieux encore.

Les cahiers de l’inquisiteur

9La Littera magistrorum occupe la plus grande partie de ce dossier. À défaut d’une sentence prononcée par le pape contre la Lectura super Apocalypsim, ce document permettait aux inquisiteurs de qualifier d’hérétiques des éléments doctrinaux issus d’un ouvrage essentiel aux yeux des groupes qu’ils pourchassaient. Michel Lemoine, dans son sermon général du 7 mai 1318, associant dans sa réprobation les écrits d’Olivi aux erreurs des Spirituels condamnés, mentionnait déjà l’existence d’une telle commission. Pour sa part, Bernard Gui, également destinataire de cette lettre en tant qu’inquisiteur de Toulouse, ne dit l’avoir vue et touchée qu’en 131920.

Une consultation de Michel Lemoine

10Baluze écrit qu’un autre document était « ajouté » à la suite du jugement des maîtres. En effet, le copiste de Doat n’introduit pas le moindre signe de séparation, ni même de ponctuation, pour les distinguer, ce qui reflète probablement l’état du manuscrit. Ce texte, dépourvu de tout titre, est une autre consultation par laquelle il est demandé à douze maîtres en théologie et en droit canon s’il est hérétique de refuser d’obéir à la bulle Quorundam exigit et d’affirmer que le pape n’avait pas le pouvoir de faire cette bulle21. Tous expriment, en quelques phrases ou quelques mots, l’évidence de l’hérésie et apposent leurs sceaux au document.

11David Burr, suivi par Patrick Nold et William Jordan22, considère que ces questions ont été posées par Jean XXII. Raoul Manselli avait pourtant bien vu que cette consultation appartenait à la procédure inquisitoriale menée par Michel Lemoine23. La présence, en dernière position des signataires, de l’évêque de Marseille, Raymond Robaud, ne laisse subsister aucun doute. L’évêque est sollicité, conformément au décret Multorum querela pris lors du concile de Vienne, pour intervenir dans un procès en inquisition mené dans son diocèse. Michel Lemoine le confirme sans détour. Dans sa sentence, il dit avoir demandé l’avis de nombreux évêques, prélats et maîtres en théologie qui ont lu les articles, ont jugé l’un après l’autre de leur caractère hérétique et ont finalement apposé leur sceau au document ; l’évêque de Marseille a ensuite fait de même24.

12En examinant les activités des différentes personnes mentionnées dans ce texte, on parvient à reconstituer l’enchaînement des faits. Après avoir mené les interrogatoires à Marseille, Michel Lemoine a dû venir à Avignon, en février ou mars 1318, demander leur appui à toutes les personnalités importantes qu’il a pu y rencontrer, tel Durand de Saint-Pourçain, récemment nommé évêque du Puy25. Il est ensuite retourné à Marseille pour accomplir de nouveaux actes de procédure, avant de revenir encore une fois à Avignon pour faire lire en consistoire les dernières dépositions des inculpés, puis de retourner à Marseille pour prononcer leur condamnation.

13En dépit de leur différence de nature, les deux consultations copiées l’une après l’autre dans les cahiers de Jean de Beaune ont connu un usage identique. Ce sont les deux définitions magistrales sur lesquelles se sont effectivement appuyés les inquisiteurs pour définir l’hérésie des béguins. En raison de cette proximité, Bonagrazia de Bergame tend à les confondre ou les amalgamer, quelque temps plus tard, en parlant de « douze maîtres » à qui le pape aurait confié l’examen du commentaire de l’Apocalypse26.

Notes de Jean de Beaune

14Le document suivant que publie Baluze, sous le titre Aliud scriptum contra doctrinam in articulis illis traditam est une série de notes anonymes. Gratian Capot les copie à nouveau dans la continuité du texte précédent27. Comme on peut l’établir assez facilement, elles doivent être attribuées à Jean de Beaune28, dominicain bourguignon, inquisiteur de Carcassonne de 1316 à 1324. Ces notes datent en effet des années 1320-1321 et sont assurément de la main d’un inquisiteur. Leur auteur commente les événements récents. Après avoir rappelé le bûcher de Marseille, il mentionne la fuite de rebelles apostats. Condamnés à des peines de prison après avoir abjuré, ils avaient rejoint « les peuples infidèles », laissant derrière eux un document qui justifiait leur action et promettait leur retour victorieux après la mort de Jean XXII29. Ce texte était transmis dans une lettre de Michel Lemoine, envoyée de Marseille en 1318, que l’auteur des notes entendit lire alors à Avignon (« quam vidimus et audivimus legi et recitari »)30.

15Les pages suivantes reproduisent sept articles particulièrement frappants de la Littera magistrorum dont il est rappelé qu’elle figure « dans les cahiers précédents »31. Cet indice suffit à identifier le rédacteur de ces notes avec le possesseur du volume qui n’était autre que l’inquisiteur lui-même. La date à laquelle il écrivait se laisse déduire de la dernière phrase de ce texte. Jean de Beaune conclut en rappelant qu’en raison de ces erreurs, de nombreux frères mineurs et tertiaires franciscains, de même qu’un carme apostat, ont été condamnés et brûlés, par des prélats et des inquisiteurs, à Narbonne et dans sa province, dans les années 1318, 1319 et 132032.

16Louisa Burnham a pu reconstituer la chronologie de ces condamnations, en s’appuyant sur un martyrologe des béguins conservé à Wolffenbütel : après les bûchers de Marseille (mai 1318) et de Narbonne (octobre 1319), d’autres exécutions ont eu lieu à Capestang (octobre 1319 et mai 1320), Béziers (juin 1320 et janvier 1321) et Agde (date inconnue)33. La note a donc très probablement été rédigée avant les exécutions de Pézenas et Lunel, à l’automne 1321. La formulation employée dans la note suggère que l’inquisiteur n’a pas rendu lui-même chacune de ces sentences. Au lieu d’être seulement associés au jugement de l’inquisiteur, conformément au canon du concile de Vienne, différents évêques de Languedoc semblent avoir eux-mêmes conduit les poursuites jusqu’à leur terme.

17Leur intervention directe à ce stade de la répression des Spirituels et des béguins est d’ailleurs indirectement attestée. Jean XXII avait en effet écrit en septembre 1318 aux évêques de Béziers et de Maguelonne (comme, sans doute, à tous leurs collègues de Languedoc), pour leur demander de lui notifier aussitôt les résultats de leurs enquêtes sur les béguins34. Pour sa part, on sait que Jean de Beaune a mené en personne une procédure à Narbonne au cours de l’année 1321 qui a abouti à la condamnation au bûcher de vingt et un béguins, exécutés en février 1322. Ce procès a connu un retentissement considérable. Au cours de la consultation des experts que l’inquisiteur était tenu de rassembler avant de prononcer sa sentence35, le lecteur franciscain de Narbonne, Bérenger Talon, s’est opposé à l’inquisiteur dominicain en refusant de considérer la pauvreté du Christ et des apôtres comme un point de doctrine hérétique, déclenchant ainsi une controverse qui allait occuper toute la chrétienté latine au cours des deux années suivantes. Pour risquer une simple conjecture, on peut envisager l’hypothèse que les cahiers de travail de Jean de Beaune que nous examinons ici aient été initialement composés lors de la préparation du procès de 1319, puis complétés à l’occasion de ce second procès narbonnais36.

Un chapitre de Bernard Gui

18Le texte qui suivait était le seul à porter à un titre, que le copiste de Doat transcrit en majuscules : Contra beguinos et fratres minores qui dicuntur Spirituales37. Ce traité n’est autre qu’un chapitre de la troisième partie de la Practica Inquisitionis de Bernard Gui38. Raoul Manselli a bien fait ressortir le caractère haineux et virulent de ces pages39. Il n’a peut-être pas assez souligné ce qui distingue ce texte des autres passages que l’inquisiteur de Toulouse consacre, dans son manuel, aux Spirituels et béguins. Les deux autres exemples de sermons généraux contre cette catégorie d’hérétiques, présentés juste avant dans cette troisième partie de la Practica, de même que la longue description des béguins et de leurs croyances donnée dans la cinquième partie, ont en commun de s’appuyer sur des dépositions recueillies par Bernard Gui lui-même. On peut d’ailleurs aisément le constater en comparant ces pages au recueil des sentences du même inquisiteur40.

19Rien de tel ici. Ce modèle de sermon général est écrit par quelqu’un qui n’a jamais vu le moindre béguin et qui ne connaît des Spirituels que la seule condamnation prononcée par Michel Lemoine et la consultation qui la précède. L’ensemble du texte brode et enjolive les principaux points de la sentence de Marseille, parfois citée verbatim, en déduisant de ces prémisses des erreurs imaginaires. Ainsi, l’identité de la règle franciscaine et de l’évangile conduit à imputer à cette secte « pernicieuse, pestifère, apostate et hérétique » la vénération d’un cinquième évangile, thèse qu’aucun béguin n’a jamais confessée. La phrase introductive de ce chapitre le présente comme un développement adventice (Incidenter colligitur sub compendio fundamentum erroris secte illius). Il reste à déterminer l’ouvrage dont ces pages étaient une incidente ; il pourrait éventuellement s’agir d’une première rédaction de la Practica. Quoi qu’il en soit, ce morceau est assurément antérieur aux interrogatoires de béguins de Belpech menés par Bernard Gui en mars 1322.

Une lettre de Jean de Beaune à un évêque de Languedoc

20Pour finir, il reste à examiner un dernier document41. Baluze proposait déjà de l’attribuer à Jean de Beaune, en se fondant probablement sur les circonstances de cette lettre, exposées dans son paragraphe initial. Une personne dont le nom n’est pas dévoilé, sans doute un évêque de Languedoc, avait soumis au pape des questions concernant la définition de l’hérésie des Spirituels et des béguins. Jean XXII lui fit dire, par l’intermédiaire de l’évêque de Lodève, de s’adresser sur ces points aux inquisiteurs de Carcassonne ou de Toulouse. L’inquisiteur qui entreprend enfin de répondre à ces « doutes » expose les « fondements de l’erreur » de ces groupes en des termes si différents de ceux employés par Bernard Gui, dans le document précédent ou dans les autres passages de la Practica, qu’il ne peut s’agir que de son collègue de Carcassonne. Pour sa part, l’évêque de Lodève est certainement Jacques de Concotz, dominicain quercynois, confesseur de Jean XXII, titulaire de ce siège de 1318 à 1322 avant d’être nommé archevêque d’Aix42.

21Quant au destinataire de cette lettre, rien ne permet de l’identifier plus précisément. Il s’agit probablement de l’un des prélats à qui le pape réclamait, en 1318, des nouvelles de leurs enquêtes. Confronté à des suspects dont les réponses et les comportements l’intriguent, il demande des instructions pour juger des cas de cette nouvelle hérésie, plus précises que les seuls documents liés à la condamnation de Marseille (consultation et sentence) qui avaient dû lui être transmis. Particulièrement intéressants sont les passages où l’inquisiteur fait allusion à des stratégies de réponses équivoques auxquelles lui-même paraît avoir été personnellement confronté43. Les derniers paragraphes, consacrés aux procédures d’abjuration suivies à Carcassonne (« apud nos »), s’achèvent par un renvoi à « un autre cahier » dans lesquels l’interlocuteur trouvera certains cas traités plus amplement, illustrant ainsi la collaboration nouée entre les évêques et l’inquisiteur.

22Plus généralement, tout l’intérêt de ces cahiers de travail de Jean de Beaune est de faire apparaître les échanges entre les différentes instances chargées de la répression d’une hérésie, au moment précis où sa définition cristallise. En leur associant la première sentence rendue par l’inquisiteur de Provence, document primordial de cette élaboration, précédée de la commission donnée à Michel Lemoine et suivie par l’exécution de la première condamnation prononcée en Languedoc, Étienne Baluze n’a pas constitué un ensemble factice. Il a rassemblé une documentation dotée d’une forte cohérence interne qui gagne à être lue dans son intégralité. Les documents suivants édités dans les Miscellanea complètent intelligemment ce dossier, puisqu’il s’agit de deux textes importants concernant Ubertin de Casale : le premier est une version de son avis rendu lors de la consultation par Jean XXII sur la pauvreté du Christ et des apôtres44. Le second contient quelques articles d’une procédure menée contre lui par Bonagrazia de Bergame45. Comme l’a montré Eva Wittneben, ce dernier item, ainsi que trois autres documents présents dans les Miscellanea, a été publié à partir d’un manuscrit de la bibliothèque de Colbert (Paris, BnF, lat. 4246) de façon fragmentaire46.

Haut de page

Notes

1 Stephanus Baluzius, Miscellaneorum liber primus, hoc est Collectio veterum monumentorum quæ hactenus latuerant in variis codicibus ac bibliothecis, Parisiis, Franciscus Miguet, 1678, p. 195-292 (désormais cité Baluze), reproduit à l’identique in Id., Miscellanea, éd. par G. B. Mansi, Lucca, 1762, t. 2, p. 247-270 (désormais cité Baluze-Mansi). Ces documents ont été abondamment exploités par les historiens, notamment Raoul Manselli, Spirituels et béguins du Midi, trad. de l’italien par Jean Duvernoy, Toulouse, Privat, 1989 (Spirituali e beghini in Provenza, Roma, 1959) et David Burr, The Spiritual Franciscans. From Protest to Persecution in the Century After Saint Francis, University Park, Pennsylvania State University Press, 2001.
2 Yves Dossat, Les crises de l’inquisition toulousaine au xiiie siècle (1233-1273), Bordeaux, Impr. Bière, 1959, p. 52-53.
3 Paris, BNF, Doat 37, fol. 81v.
4 Alexandre Germain, « Inventaire inédit concernant les archives de l’inquisition de Carcassonne », Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, 4, 1855-1858, p. 305.
5 La lettre est éditée par Anneliese Maier, « Eine Verfügung Johanns XXII über die Zuständigkeit der Inquisition für Zaubereiprozesse », Archivum Fratrum praedicatorum, 32, 1952, p. 226-227. L’ensemble du dossier a été étudié et édité par Alain Boureau, Le pape et les sorciers. Une consultation de Jean XXII sur la magie en 1320 (Manuscrit B.A.V. Borghese 348), Rome, École française de Rome, 2004.
6 Sur cette procédure, voir Josef Koch, « Der Prozess gegen die Postille Olivis zur Apokalypse », Recherches de Théologie ancienne et médiévale, 5, 1933, p. 302-315 ; Anneliese Maier, « Per la storia del processo contro l’Olivi », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 5, 1951, p. 326-339 ; Edith Pásztor, « Le polemiche sulla Lectura super Apocalypsim di Pietro di Giovanni Olivi fino alla sua condanna », Bulletino dell’Istituto storico italiano per il Medioevo, 70, 1958, p. 365-424 ; David Burr, Olivi’s Peaceable Kingdom. A Reading of the Apocalypse Commentary, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993.
7 Paris, BNF, Doat 37, fol. 1-81v.
8 Baluze, t. 1, p. 195-198 ; Baluze-Mansi, t. 2, p. 247-248. La même lettre est reprise in Conrad Eubel, Bullarium franciscanum, Roma, 1898, t. 5, p. 132-133 et Jean-Marie Vidal, Bullaire de l’inquisition française au xive siècle, Paris, 1913, p. 35-37. Une lettre ultérieure dans laquelle Michel Lemoine fait référence à cette commission spéciale est publiée par Vidal, Bullaire…, p. 38-39.
9 Baluze, p. 198-211 ; Baluze-Mansi, p. 248-251. Le document est republié ici même : Michael Monachus, « Inquisitoris sententia contra combustos in Massilia », Oliviana, 2, 2005.
10 Franz Ehrle, « Des Ordensprocurator Raymund von Fronsac Actensammlung zur Geschichte der Spiritualen », Archiv für Litteratur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, 3, 1887, p. 2-3. Cette partie des manuscrits latins de la BNF ne bénéficie pas encore d’un catalogue moderne.
11 De Boniface VIII : Affuit tempus (discours de confirmation d’Albert de Habsbourg, 30 avr. 1303, éd. par A. Niemeier, Untersuchungen über die Beziehung Albrechts I. zu Bonifaz VIII, Berlin, 1900, p. 114-118) ; Spectator omnium (excommunication du roi de Bohème, 30 mai 1303). De Benoît XI : Superni disposicione (nov. 1303) ; Inter cunctas (17 fév. 1304) ; Flagiciosum scelus (8 juin 1304). Ces cahiers sont écrits sur papier sans filigrane, différent du papier employé dans la première partie du codex.
12 Cf. Franz Ehrle, « Des Ordensprocurator… », p. 7-32 (cité supra n. 10). Une copie du xviie siècle a été retrouvée par la suite : Roma, Archivio S. Isidori de Urbe, n. 42, p. 196-228, cf. Livarius Oliger, « De novo codice collectionis Actuum fr. Raymundi Fronsiaci Ordinis Procuratoris », Archivum franciscanum historicum, 7, 1914, p. 159-160.
13 Inc. Sapientia edificavit domum, expl. non ficte zelamus regula observantiam quam vovemus, Paris, BNF lat. 4350, fol. 18r-31v, décrit in Sol ortus, p. 24, cap. 36 (copie in Roma, Archivio S. Isidori de Urbe, n. 42, p. 230‑264).
14 Fidei catholicae fundamento, Paris, BNF lat. 4350, fol. 32r-33r ; et Exivi de paradiso, fol. 33r-40r.
15 Lettre des cardinaux Vital du Four, Jacques de Via et Napoleone Orsini, fol. 40r-40v. Elle a été publiée par Ferdinand Delorme, « Constitutiones provinciae Provinciae », Archivum franciscanum historicum, 14, 1921, p. 432-433, qui signale sa présence dans le manuscrit Auch, Bibliothèque municipale, 49.
16 Paris, BNF lat. 4350, fol. 44v-47v, éd. par Raoul Manselli, Spirituali e beghini in Provenza, Roma, 1959, p. 291-296. Comme le remarque Louisa Burnham, “So Great a Light, So Great a Smoke.” The Heresy and Resistance of the Beguins of Languedoc (1314-1330), Evanston (IL), Northwestern University, 2000, Ph.D., p. 113, n. 61, les extraits préservés ici ne représentent que deux journées de ces interrogatoires qui ont probablement duré plus longtemps.
17 Lettre des cardinaux aux archevêques de Sicile, Serpent interdum, Paris, BNF lat. 4350, fol. 53r-54v ; Lettre de Jean XXII à Frédéric III, Pridem et post salutationis, fol. 54v-55v, Gloriosam ecclesiam, fol. 55v-62r, Sancta romana, fol. 62r-64r.
18 Baluze, p. 211-213 ; Baluze-Mansi, p. 257-258. Les trois condamnés sont Magtarellus de Brandis (ou Mai de Blandisio), Petrus sartor de Fraxino (de Franchis) et Bernardus Raymundus de Monesco de Tholosa. Voir, ici même, Louisa A. Burnham, « A Proposopography of the Beguins and Spiritual Friars of Languedoc », Oliviana, 2, 2005.
19 Doat 28, fol. 3r-36r. Une transcription de ce registre, due à Jean Duvernoy, est disponible sur le site http://jean.duvernoy.free.fr (mis en ligne en avril 2003, consulté le 30 avril 2005).
20 Bernard Gui, Practica Inquisitionis Heretice pravitatis, éd. par C. Douais, Paris, Picard, 1886, p. 265-266.
21 Doat 37, fol. 58r-62r ; Baluze, p. 272-276 ; Baluze-Mansi, p. 270-271. Le document a été reproduit, sans raison véritable, in H. Denifle & E. Châtelain, eds, Chartularium universitatis Parisiensis, Paris, 1891, t. 2, p. 215-217 (avec indication de provenance erronée des archives de l’archevêché de Narbonne), cité par Conrad Eubel, ed., Bullarium franciscanum, Roma, 1898, t. 5, p. 130-131, n. 1. Les signataires sont Vital du Four card. OFM, Bérenger de Landorre card. OP, Guillaume de Laudun OP, Déodat év. de Castres, Raymond év. de Saint-Flour, Guido Terreni OCarm, Enrico del Carretto, év. de Lucques OFM, Michel de Césène min. gen. OFM, Arnaud Royard OFM, Durand de Saint-Pourçain, év. du Puy OP, Laurent l’Anglais OSB, Jacques de Thérines abbé de Pontigny Ocist.
22 David Burr, The Spiritual Franciscans…, p. 197-198 ; Patrick Nold, Pope John XXII and His Franciscan Cardinal. Bertrand de la Tour and the Apostolic Poverty Controversy, Oxford, Clarendon Press, 2003, p. 175 ; William C. Jordan, Unceasing Strife, Unending Fear. Jacques de Thérines and the Freedom of the Church in the Age of the Last Capetians, Princeton University Press, 2005, p. 88-92. Je suis reconnaissant à Patrick Nold de m’avoir signalé ces pages et de m’avoir indiqué que la même erreur d’appréciation avait été commise par Noël Valois, « Jacques Duèse, pape sous le nom de Jean XXII », Histoire littéraire de la France, 34, 1914, p. 432 ; et par Charles Langlois, « Arnaud Roiard, frère mineur », Histoire littéraire de la France, p. 463. La publication de cet avis dans le Chartularium Universitatis Parisiensis est la principale source de ce malentendu.
23 Raoul Manselli, Spirituels et béguins du Midi, p. 144, n. 19.
24 Voir ici même, Michael Monachus, « Inquisitoris sententia contra combustos in Massilia », Oliviana, 2, 2005, § 9-10.
25 Michael Bihl, « Formulae et documenta e cancellaria fr. Michaelis de Caesena, O.F.M. minister generalis 1316-1328 », Archivum franciscanum historicum, 23, 1930, p. 118-119.
26 Bonagrazia commet deux fois la même erreur, in Allegationes super articulis, Paris, BNF, lat. 4190, fol. 40r  et Articuli probationum contra fratrem Vbertinum de Casali, Baluze-Mansi, p. 276.
27 Doat 37, fol. 62v-66v ; Baluze, p. 272-276 ; Baluze-Mansi, p. 271-272.
28 Sur ce personnage sans grand relief, l’article de Marc Sagot, « L’inquisition de Carcassonne. Jean de Beaune (1316-1324), un inquisiteur ordinaire », in Laurent Albaret, dir., Les inquisiteurs. Portraits de défenseurs de la foi en Languedoc (xiiie-xive), Privat, Toulouse, 2001, p. 119-129, n’apporte guère de neuf et ne connaît pas de première main les quelques écrits de l’inquisiteur.
29 « … transierunt ad gentes infideles, reliquentes in scripti ea qui sequuntur, videlicet quod ipsi non dimittebant ordinem sed parietes, non habitum sed pannum, non fidem sed corticem, non ecclesiam sed synagogam coecam, non pastorem sed devoratorem, quod sicut post mortem Antichrisi persecutores fidelium exterminabuntur qui fuerunt ex parte eius a vere Christi fidelibus et ministris, sic mortuo isto Papa videlicet Joanne 22, nos et socii nostri fideles Christi nunc persecutionem ab adversariis Christi sustinentes apparebimus et de omnibus adversariis reportabimus victoriam et ipsis exterminatis per reprobationem et revocationem iniquorum processum et sententiarum factorum et factarum contra nos, immo postius contra Christum et contra vitam et perfectionem et evangelium eiusdem Christi sanctum. » (Doat 37, fol. 63 ; Baluze-Mansi, p. 272.)
30 Cette lettre ne correspond à aucune des trois lettres de Michel Lemoine envoyées immédiatement après le bûcher de Marseille, que mentionne Raymond de Fronsac in Sol ortus, p. 31.
31 Doat 37, fol. 66r : « Predictos igitur articulos et alios in precedenti quaternos plenius expressos octo magistri in theologia ante similiter nominati judicaverunt esse haereticos. »
32 « Pro quibus erroribus et haeresibus substinendis quamplures existentes de dicto ordine fratrum minorum quam de tertio ordine beati Francisci et etiam unus apostata de ordine Carmelitarum fuerint sub annis domini millesimo trecentesimo decimo octavo et decimo nono et vicesimo tam Narbonae quam in ejus provincia tamquam haeretici condemnati et combusti per sententias praelatorum et inquisitorum. » (Doat 37, fol. 66-66v ; Baluze-Mansi, p. 272.)
33 L. A. Burnham, “So Great a Light…”, Appendice B, p. 321-322.
34 C. Eubel, Bullarium franciscanum, t. 5. n. 340, p. 157 ; Auguste Coulon, Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII (1316-1334) relatives à la France, extraites des registres du Vatican, Paris, 1906, t. 1, n. 726, col. 623, signalé par Vidal, Bullaire…, p. 42-43. On peut remarquer que le jour précédent, Jean XXII avait signé la lettre confiant à Bertrand de la Tour et Bernard Gui une mission diplomatique auprès du roi de France et du comte de Flandres (Coulon, Lettres secrètes, n. 710, col. 608-611). Il est vraisemblable que l’un ou l’autre ait profité de cette rencontre avec le pape pour attirer son attention sur la situation languedocienne.
35 Sur cette procédure, voir Célestin Douais, « La formule Communicato bonorum virorum consilio des sentences inquisitoriales », in Compte rendu du Quatrième congrès scientifique international des catholiques tenu à Fribourg (Suisse), Fribourg, 1898, p. 1-55.
36 James B. Given, Inquisition and Medieval Society. Power, Discipline and Resistance in Languedoc, Ithaca (NY), Cornell University Press, 1997, p. 192, remarque le peu de zèle de Jean de Beaune.
37 Doat 37, fol. 66v-74v ; Baluze, p. 276-284 ; Baluze-Mansi, p. 272-274.
38 Bernard Gui, Practica Inquisitionis Heretice pravitatis, tertia pars, 39, p. 145-150 (cité supra n. 20).
39 Raoul Manselli, Spirituels et béguins…, p. 140-141, qui signale la présence de ce fragment chez Baluze, p. 150, n. 71.
40 Philippus a Limborch, Historia Inquisitionis cui subjungitur Liber Sententiarum Inquisitionis Tholosanae. Ab anno Christi MCCCVII ad annum MCCCXXIII, Amstelodami, apud Henricum Wetstenium, 1692 ; nouvelle édition et traduction, Annette Palès-Gobilliard, Le Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui (1308-1323), Paris, CNRS éditions, 2002.
41 Doat 37, fol. 74v-81v ; Baluze, p. 285-292 ; Baluze-Mansi, p. 274-276.
42 Sur ce personnage, voir Alain Boureau, Le pape et les sorciers…, p. xiii-xiv, 34-43.
43 Sur ce point, voir Jean-Pierre Cavaillé, « L’art des équivoques : hérésie, inquisition et casuistique. Questions sur la transmission d’une doctrine médiévale à l’époque moderne », Médiévales, 43, 2002, p. 119-144.
44 Cf. Charles T. Davis, « Ubertino da Casale and his Conception of Altissima paupertas », Studi Medievali, ser. 3, 22, 1981, p. 1-56.
45 Eva Luise Wittneben, Bonagratia von Bergamo. Franzikanerjurist und Wortfürher seines Ordens im Streit mit Papst Johannes XXII, Leiden, Brill, 2003, propose de dater ce texte des années 1324-1325, en révisant la datation de 1319 proposée par Livarius Oliger, « Fr. Bonagratia de Bergamo et eius Tractatus de Christi et apostolorum paupertate », Archivum franciscanum historicum, 22, 1929, p. 292-335, 487-511. J’avais accepté sans critique suffisante cette datation erronée in « Bonagrazia de Bergame, auteur des Allegationes sur les articles extraits par Jean XXII de la Lectura super Apocalipsim d’Olivi », in A. Cacciotti & P. Sella, eds, Revirescunt chartae, codices, documenta, textus. Miscellanea investigationum medioevalium in honorem Caesaris Cenci OFM collecta, Roma, Edizioni Antonianum, 2002, vol. 2, p. 1065-1087.
46 Eva Luise Wittneben & Roberto Lambertini, « Un teologo francescano alle strette. Osservazioni sul testimone manoscritto del processo a Francesco d’Ascoli », Picenum Seraphicum, 18, 1999, p. 97-122 (p. 98-102) ; les autres documents concernent des procès contre Francesco della Giovanna, associé de Marsile de Padoue, et Francesco d’Ascoli et Pierre de la Palud.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Piron, « Un cahier de travail de l’inquisiteur Jean de Beaune », Oliviana [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 24 mars 2006, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://oliviana.revues.org/26

Haut de page

Auteur

Sylvain Piron

École des hautes études en sciences sociales, Paris.
Groupe d’anthropologie scolastique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • Les cahiers de Revues.org